Allemagne : le SPD grand gagnant de la future coalition

le
0
Angela Merkel et Sigmar Gabriel, patron du SPD. Malgré la claque reçue aux élections, les sociaux-démocrates n'ont rien lâché.
Angela Merkel et Sigmar Gabriel, patron du SPD. Malgré la claque reçue aux élections, les sociaux-démocrates n'ont rien lâché.

Il aura fallu deux mois et cinq jours, et un dernier round interminable de dix-sept heures de discussions à couteaux tirés pour que les conservateurs de la CDU/CSU et les sociaux-démocrates du SPD parviennent à boucler leur accord de "grande coalition". Les yeux rougis par le manque de sommeil, les 75 négociateurs des 3 partis réunis en "conclave" ont fini par laisser échapper une fumée blanche de leur salle de réunion à 5 heures du matin, et le moins que l'on puisse dire est que les vaincus d'hier ressortent comme les grands vainqueurs de ces longues, très longues tractations, dont les conclusions remplissent un épais rapport de 185 pages.Le 22 septembre dernier, le principal parti de "gauche" a enregistré le deuxième plus mauvais résultat électoral de son histoire en remportant seulement 192 des 630 sièges du Bundestag. Angela Merkel a vu la majorité absolue au Parlement lui passer sous le nez d'un cheveu. Il ne lui manque en effet que 5 malheureux députés pour contrôler la Chambre basse. Contrainte de former une coalition avec le SPD après le refus des Verts de s'allier avec elle, la chancelière a donc dû s'asseoir à la table des négociations. Salaire minimum

Échaudés par leur expérience malheureuse de 2005 à 2009 qui s'était conclue par une claque historique lors des avant-dernière législatives, les sociaux-démocrates ont vite expliqué que leur entrée au gouvernement ne serait possible que si les chrétiens-démocrates acceptaient...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant