Allemagne-Le PIB soutenu par la demande des ménages au T3

le
0
    BERLIN, 24 novembre (Reuters) - Une hausse de la 
consommation des ménages allemands et une augmentation des 
dépenses publiques pour accueillir les réfugiés ont plus que 
compensé la faiblesse du commerce extérieur, ce qui a permis à 
la première économie européenne d'afficher une modeste 
croissance au troisième trimestre. 
    Selon les chiffres détaillés du produit intérieur brut (PIB) 
publiés mardi par l'Office fédéral de la statistique,  
l'Allemagne a enregistré une croissance, corrigée des variations 
saisonnières, de 0,3% sur la période juillet-septembre par 
rapport au deuxième trimestre, comme annoncé en première 
estimation le mois dernier. 
    Au deuxième trimestre, la croissance avait été de 0,4%. 
    Sur un an, la hausse du PIB a été confirmée également à 1,8% 
au troisième trimestre après +1,6% sur la période avril-juin. 
    La consommation des ménages a augmenté de 0,6% et les 
dépenses publiques ont bondi de 1,3%, du jamais vu depuis  2009. 
Dans son ensemble, la demande intérieure a contribué à hauteur 
de 0,7 point de pourcentage au PIB. 
    "Bien sûr, les coûts (liés à l'arrivée massive) de réfugiés 
ont joué un rôle. On voit les premiers effets sur les dépenses 
publiques", a commenté un responsable de l'Office fédéral de la 
statistique. 
    Les exportations ont de leur côté moins augmenté que les 
importations, en raison notamment d'une faiblesse de la demande 
en provenance de la Chine et d'autres pays émergents. Le 
commerce extérieur a eu un impact négatif de 0,4 point de 
pourcentage sur le PIB, soit sa plus faible contribution en deux 
ans. 
 
 (Michael Nienaber et Klaus Lauer, Benoit Van Overstraeten pour 
le service français, édité par Véronique Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant