Allemagne : le père de la nation passe la main

le , mis à jour le
0
Joachim Gauck est encore en fonction pour huit mois, mais les noms de successeurs potentiels commencent déjà à circuler.
Joachim Gauck est encore en fonction pour huit mois, mais les noms de successeurs potentiels commencent déjà à circuler.

Depuis quelques années, l'Allemagne présente la double particularité d'être dirigée par des protestants venus de l'Est. Fille de pasteur, Angela Merkel a vécu la première partie de son existence dans l'ex-RDA, tout comme Joachim Gauck, lui-même pasteur luthérien. Cela n'aura duré qu'un temps. Nul ne sait si la chancelière tentera de décrocher l'an prochain un quatrième mandat. Quant au président, il vient d'annoncer qu'il ne cherchera pas à être reconduit dans ses fonctions, en février prochain, estimant ne plus avoir « l'énergie et la vitalité » requises.

Un condensé d'histoire

Aujourd'hui âgé de 76 ans, Gauck est un véritable condensé de l'histoire contemporaine allemande. Son père, officier et membre du parti nazi, fut déporté en Sibérie dans les années 1950. Il n'a lui-même pas été épargné par la vindicte du régime est-allemand qu'il qualifiait d'« État-cachot » : les études de philosophie étant interdites à cet ennemi du peuple, il s'est rabattu sur la théologie.

Pendant des décennies, il joue au chat et à la souris avec la Stasi, la police politique. Jusqu'à cet automne 1989, au cours duquel les manifestations populaires sont à deux doigts de tourner au bain de sang, comme à Budapest en 1956, ou à Prague en 1968. À l'instar du chef d'orchestre Kurt Masur, Joachim Gauck fait partie de ces personnalités issues de la société civile qui facilitent une transition pacifique,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant