Allemagne : le ministre de l'Intérieur veut interdire la burqa

le
0
Allemagne : le ministre de l'Intérieur veut interdire la burqa
Allemagne : le ministre de l'Intérieur veut interdire la burqa

Après avoir appelé l'introduction de la déchéance de la nationalité pour les djihadistes, le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière veut à présent une interdiction partielle de la burqa, notamment lors de démarches administratives et dans les salles de cours. «La burqa n'est pas compatible avec notre pays ouvert sur le monde (...)» relève le ministre. «Et la question est comment nous allons régler juridiquement cette question».

 

Des propos tenus lors d'une réunion du ministre avec ses homologues conservateurs des Länder (régions fédérales) d'Allemagne. Thomas de Maizière avait fait figurer cette proposition dans un catalogue de mesures élaboré après une série d'attaques en juillet dans le pays.

 

«Nous sommes d'accord pour rejeter la burqa, nous sommes d'accord que nous voulons légalement introduire le principe de montrer son visage là où c'est nécessaire pour notre société: au volant, lors de procédures administratives, (...) dans les écoles et les universités, dans le service public, devant les tribunaux», a-t-il dit à l'antenne de la chaîne télévisée ZDF.

 

Il n'a cependant pas donné de calendrier pour introduire cette interdiction, alors que cette idée, soutenue largement dans les rangs conservateurs, n'a pas l'adhésion des sociaux-démocrates du SPD, alliés au sein du gouvernement à la CDU d'Angela Merkel et M. de Maizière.

 

Huit régions interdisent partiellement le foulard

 

Pour l'instant, aucune loi fédérale n'interdit le voile intégral. Chaque Land a la décision responsabilité de légiférer. En 2011, plusieurs Länder ont légiférer sur le foulard, comme la France en 2004. Huit régions interdisent déjà les signes ostentatoires d'appartenance religieuse pour les enseignantes, voire pour tous les agents publics. 

 

L'Allemagne a accueilli plus d'un million de réfugiés depuis un an, dont nombre de Syriens fuyant la guerre civile. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant