Allemagne-Le contrôle des armes en question après Munich

le
0
 (Actualisé avec précisions, déclarations d'un député) 
    BERLIN, 24 juillet (Reuters) - Deux ministres du 
gouvernement allemand mettent en cause dimanche la législation 
sur le contrôle des armes, après la fusillade de vendredi à 
Munich, où un tireur a abattu neuf personnes et en a blessé 35 
autres. 
    L'agresseur, un Germano-iranien de 18 ans, s'est suicidé 
alors que les forces de l'ordre se rapprochaient de lui. 
    "Nous devons continuer de faire tout ce que nous pouvons 
pour limiter et contrôler strictement l'accès à des armes 
létales", a dit le ministre allemand de l'Economie et 
vice-chancelier, Sigmar Gabriel, au groupe de média allemand 
Funke Mediengruppe. 
    Les autorités cherchent à savoir comment le jeune homme 
germano-iranien s'est procuré une arme, en dépit de signes 
montrant qu'il souffrait de troubles psychologiques importants 
et alors même que la législation allemande en la matière est 
l'une des plus restrictives d'Europe, selon le centre de 
recherche du Congrès américain. 
    Le tireur, Ali David Sonboly, était armé d'un pistolet 9 mm 
Glock 17 qu'il s'était procuré sur internet. 
    "Le contrôle des armes est une question importante", a dit 
le vice-chancelier au groupe de presse. 
    "Il est évident que nous aurons un débat dans un proche 
avenir visant à déterminer si les lois actuelles sur le contrôle 
des armes sont suffisantes", a déclaré pour sa part dimanche le 
député Stephan Mayer, porte-parole de la CDU (Union 
chrétienne-démocrate, droite) au parlement. 
    "La priorité des priorités, c'est de lutter contre le trafic 
d'armes, car cela pourrait aussi réduire la criminalité et le 
terrorisme", a-t-il ajouté. 
    La fusillade de Munich est la troisième attaque violente 
commise contre des civils en Europe de l'Ouest en huit jours, et 
la deuxième en Allemagne.  
    Le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière a dit pour sa 
part dans deux interviews à la presse, à Bild et au Sonntag, 
qu'il prévoyait de réexaminer les lois encadrant la vente 
d'armes après la fusillade, et de les améliorer si nécessaire. 
    La législation sur les armes à feu est déjà très stricte en 
Allemagne, a dit Thomas de Maizière, en la jugeant adaptée.   
    "Nous devons évaluer avec beaucoup d'attention si des 
changements législatifs sont nécessaires, et dans quel domaine", 
a-t-il dit dans une interview publiée dimanche.  
    L'Europe débat également de nouvelles directives en la 
matière, a-t-il ajouté. 
 
 
 (Andrea Shalal; Julie Carriat et Eric Faye pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant