Allemagne-La production nourrit les espoirs de croissance du T1

le
0
    par Michael Nienaber 
    BERLIN, 6 avril (Reuters) - La croissance économique de 
l'Allemagne a peut-être accéléré au premier trimestre, au vu 
d'une production industrielle qui a moins diminué que prévu en 
février. 
    Après le bond de janvier, le recul étonnamment limité de 
février est apaisant pour les analystes. Ce recul a été de 0,5% 
après une hausse de 2,3% en janvier, suivant les statistiques 
publiées mercredi par le ministère de l'Economie. Les 
économistes interrogés par Reuters anticipaient une contraction 
de 1,8% en moyenne. 
    La baisse s'explique par une moindre demande extérieure, de 
pays de la zone euro en particulier. 
    "Si on examine ensemble janvier et février, on peut 
s'estimer content; la production industrielle pointe vers le 
haut", observe Andreas Scheuerle, économiste chez Dekabank, 
ajoutant que la statistique laisse espérer une croissance du PIB 
de l'ordre de 0,5% au premier trimestre. 
    "Mais on ne peut pas miser sur un tel succès sur l'ensemble 
de l'année; les problèmes à l'international ne sont pas encore 
réglés", ajoute-t-il. 
    Jonathan Loynes, économiste chez Capital Economics, estime 
que le chiffre de février est une base solide pour le premier 
trimestre. En admettant même que la production ait diminué de 
quelque 1% en mars, cela laisserait un gain appréciable pour 
l'ensemble du trimestre, observe-t-il. 
    "Ça pourrait en puissance porter le rythme trimestriel de 
croissance du PIB allemand de 0,3% au quatrième trimestre à 0,7% 
environ au premier trimestre", dit-il. 
    La statistique détaillée de février montre une forte hausse 
de la production du bâtiment mais un recul dans l'énergie et 
dans la production de biens de consommation et de biens 
d'équipement. 
    "Globalement, le secteur industriel a relativement bien 
démarré 2016 quoique des facteurs saisonniers aient provoqué des 
variations de production, tandis que le BTP a tiré parti d'une 
météo clémente", souligne le ministère de l'Economie, qui ajoute 
que le secteur manufacturier et celui du bâtiment auront sans 
doute inscrit de solides hausses au premier trimestre. 
    Le bâtiment est l'un des principaux moteurs de la croissance 
allemande. Durant les trois derniers mois de 2015, 
l'investissement dans la construction et la dépense publique ont 
été les deux principales contributions à la croissance, alors 
que le commerce extérieur l'a au contraire freinée. 
    Sur l'ensemble de 2015, une solide consommation privée et 
une hausse de la dépense publique ont produit une croissance 
économique de 1,7% mais les analystes doutent que l'Allemagne 
fasse encore mieux cette année. 
    Les grands instituts de conjoncture livreront le 14 avril 
leurs prévisions de croissance de 2016 remises à jour. Le 
gouvernement devrait faire de même six jours plus tard. 
 
 (Avec Rene Wagner, Wilfrid Exbrayat pour le service français, 
édité par Benoît Van Overstraeten) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant