Allemagne: la high-tech soutenue par les logiciels et les smartphones

le
0
Allemagne: la high-tech soutenue par les logiciels et les smartphones
Allemagne: la high-tech soutenue par les logiciels et les smartphones

Le marché allemand de la high-tech devrait renouer avec la croissance en 2014, mais plus lentement que le marché mondial, avec une progression surtout nourrie par les logiciels, les ventes de tablettes et de smartphones, a expliqué dimanche la fédération professionnelle du secteur Bitkom.Si le secteur allemand de la high-tech devrait regagner 1,7% en 2014 après un recul de 0,5% en 2013, "nous observons une grande divergence d'évolution au sein de la branche", a souligné le président du Bitkom, Dieter Kempf, lors d'une conférence de presse tenue pour l'ouverture du salon des technologies de l'information et de la communication (Cebit) à Hanovre (nord).Le chiffre d'affaires total du secteur en Allemagne devrait atteindre 153,4 milliards d'euros cette année. Au niveau mondial, le marché des technologies de l'information et de la communication est attendu à presque 3.000 milliards d'euros, en hausse de 4,5%, après +3,8% en 2013, selon les projections de l'Observatoire européen des technologies de l'information (EITO).En Allemagne, ce sont les logiciels, les services informatiques, les smartphones et les tablettes qui vont tirer le marché, a expliqué M. Kempf.Parmi les principaux segments du marché de la high-tech, celui des télécoms devrait signer une croissance de 5% à 1.740 milliards d'euros au niveau mondial, mais de seulement 0,4% à l'échelle de l'Allemagne, avec une croissance plus dynamique des infrastructures télécoms et surtout des smartphones dont le boom se poursuit alors que les services sont à la peine, en raison d'une baisse du tarif des communications et des forfaits.Dans le domaine des technologies de l'information, le marché mondial devrait gagner 3,8% à 1.200 milliards d'euros, avec une croissance de 6,2% pour les logiciels et de 3,9% pour les services informatiques. En revanche, les ventes de matériel informatique devraient continuer à souffrir d'une demande en berne pour les ordinateurs de bureau (-5,7%) et les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant