Allemagne : la grève sans fin

le
0
Une grève historique pour les chemins de fer allemands.
Une grève historique pour les chemins de fer allemands.

Le système de covoiturage est en plein boom. Il n'y a plus une place de libre dans les bus qui relient les grandes villes. La compagnie de location de voitures Sixt qui fait paraître dans la presse de grands encarts publicitaires. Sous le portrait de Claus Weselsky, cette légende : "Nous félicitons une fois de plus notre employé du mois." À Berlin, la station de radio locale incite les automobilistes à coller un point rouge sur leur pare-brise pour signaler aux piétons qu'ils sont bienvenus à bord. On se serre dans les rares rames du S-Bahn, le métro aérien berlinois, qui ne circule que toutes les vingt minutes. Au premier jour de la grève des conducteurs de train qui va paralyser le pays jusqu'à dimanche, les Allemands font preuve d'ingéniosité pour se rendre au travail et honorer leurs rendez-vous.

La grève la plus longue de l'histoire

Si la grève des transports en commun est entrée depuis longtemps dans les moeurs des Français, qui sont passés maîtres du système D pour la déjouer, pour les Allemands, ce chaos est tout à fait inhabituel. Il s'agit ici de la grève la plus longue de l'histoire de la Deutsche Bahn, la SNCF allemande. Un mouvement dont personne ne voit d'ailleurs la fin : c'est la huitième fois depuis le mois de septembre que les conducteurs de train débrayent. Il faut reconnaître que le syndicat GDL, de plus en plus impopulaire, choisit avec soin les périodes les plus délicates pour lancer ses mots d'ordre. À l'automne...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant