Allemagne : "La France est un moteur de l'Europe"

le
4
Reiner Hoffmann, le président de la puissante confédération syndicale allemande DGB.
Reiner Hoffmann, le président de la puissante confédération syndicale allemande DGB.

Son matelas de militants est à faire pâlir d'envie les syndicats de salariés français. Reiner Hoffmann pilote depuis mai dernier le DGB (Deutscher Gewerkschaftsbund), la puissante confédération syndicale allemande, qui compte plus de six millions d'adhérents. Autre particularité : ses relations sont apaisées avec le gouvernement Merkel. On est loin des jeux de posture à la française ! Le Point l'a rencontré en décembre dernier à Berlin. Le Point : Les observateurs français adorent comparer la France à l'Allemagne. Selon vous, qu'y a-t-il à prendre dans votre modèle social ? Reiner Hoffmann : Je ne suis pas sûr qu'il faille s'inspirer de notre modèle. Un salarié allemand sur quatre est dans une situation précaire. Nous comptons près de trois millions de demandeurs d'emploi, dont un million au chômage de longue durée. Il ne faut pas faire absolument comme nous, Allemands, mieux vaut s'adapter au contexte économique, aux traditions, aux structures. Par exemple, à la différence de la France, l'Allemagne doit gérer un décrochage démographique. Ce qui est sûr, c'est que l'austérité n'est pas la bonne réponse à la crise, chez vous et chez nous. Elle accentue le chômage et génère une croissance très faible.Notre Vieux Continent malade est-il en mesure de se relever ? Il n'y a pas de solution rapide et nous avons besoin d'un changement significatif dans nos politiques. Il faut accorder plus de place à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le jeudi 22 jan 2015 à 13:48

    Un moteur plein de calamine : trop d'élus;trop de statuts spéciaux;trop de fonctionnaires administratifs;qui consomment toute l'énergie et les richesses crées par les secteurs industriels artisanaux et commerciaux. IL FAUT DÉCALAMINER; Réduire de moitié le nombre des élus, parlementaires et autres,supprimer les statuts spéciaux,réduire drastiquement le nombre des fonctionnaire administratifs.

  • dupon666 le jeudi 22 jan 2015 à 13:45

    un moteur à implosion

  • mlemonn4 le jeudi 22 jan 2015 à 13:37

    un moteur sans plus aucune énergie et optimisme! Ah si, il reste celle de nos technocrates fonctionnaires qui disent "y'a qu'à, faut qu'on" afin de justifier leur place et rémunération! mais comme le monde privé diminue de jour en jour, pour payer tous ces bons à rien qui nous sucent la laine sur le dos, il y aura une bonne fin! car ils finiront par s'éliminer les uns les autres; à ce petit jeu je pense que ceux de Bercy tiennent la corde, viennent ensuite ceux de la sécurité (pour protéger!)...

  • ppsoft le jeudi 22 jan 2015 à 13:24

    Un moteur qui pétarade, qui a des ratés et qui consomme énormément, mais un moteur quand même...