Allemagne-L'indice ZEW chute en juillet, plombé par le Brexit

le
0
 (Actualisé avec des précisions, citations) 
    par Michelle Martin 
    BERLIN, 19 juillet (Reuters) - Le sentiment des 
investisseurs allemands s'est très nettement dégradé en juillet, 
et n'a jamais été aussi bas depuis novembre 2012, reflétant 
leurs inquiétudes après que les Britanniques eurent décidé le 23 
juin, par voie de référendum, de quitter l'Union européenne 
(UE). 
    Premier aperçu majeur du sentiment économique post-Brexit 
dans l'économie la plus puissante d'Europe, l'indice de 
l'institut ZEW est tombé à -6,8 pour le mois en cours contre 
19,2 le mois précédent, alors que les économistes interrogés par 
Reuters prévoyaient déjà en moyenne une dégradation mais 
limitée, à 9,0. 
    L'indice de juillet est inférieur à toutes prévisions qui 
figuraient dans ce consensus. 
    "L'incertitude sur les conséquences du vote (britannique) 
pour l'économie allemande est largement responsable du recul 
marqué du sentiment économique", a déclaré Achim Wambach, 
président du ZEW, dans un communiqué.  
    Les craintes exprimées pour les perspectives d'exportation 
et la stabilité du système bancaire et financier, à la suite de 
la victoire du Brexit, risquent également d'assombrir l'horizon 
économique de l'Allemagne, a-t-il ajouté. 
    L'enquête de l'institut de Mannheim a été effectuée entre le 
4 et le 18 juillet auprès de 220 analystes et investisseurs, ces 
derniers ayant eu le temps de faire une première estimation des 
retombées potentielles du Brexit. 
    La Grande-Bretagne est le cinquième partenaire commercial de 
l'Allemagne pour les marchandises et la chambre de commerce 
allemande a revu en baisse ses prévisions d'exportation dans ce 
pays en un moment où l'Allemagne doit compter surtout sur la 
demande intérieure pour compenser les trous d'air ailleurs. 
    Le sous-indice mesurant les conditions actuelles a reculé 
dans de moindres proportions à 49,8 contre 54,5 en juin alors 
qu'il était attendu à 51,8. 
    Certains experts tempèrent l'effet saisissant provoqué par 
une première lecture de l'indice. Thomas Gitzel, économiste de 
VP Bank, doute que l'Allemagne ressente durement les effets du 
Brexit cette année et pense que l'indice pourra remonter le mois 
suivant. 
    "On peut concevoir que l'économie allemande fléchisse 
modérément; même si la Grande-Bretagne n'est pas un partenaire 
commercial négligeable, elle n'est pas non plus le plus 
important", dit-il, ajoutant que les turbulences des marchés 
financiers n'avaient pas été de grande ampleur. 
    Florian Hense, économiste de Berenberg, explique que les 
indicateurs de sentiment "réagissent peut-être plus vivement à 
l'incertitude que les données économiques concrètes" et que 
l'économie de la zone euro devrait s'en tirer sans trop de mal 
"pour autant que le risque de contagion est restreint". 
    Le ministère de l'Economie allemand ne prend pas le Brexit à 
la légère mais il juge que le pays reste solide, tandis que la 
Bundesbank estime que son impact sera limité, au moins sur le 
court terme.    
 
 
 (Marc Joanny et Wilfrid Exbrayat pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant