Allemagne-L'économie se porte bien, des risques post-Brexit-ministère

le
0
    BERLIN, 21 juillet (Reuters) - L'économie allemande reste 
sur une trajectoire de croissance solide grâce à la forte 
demande intérieure, mais les risques extérieurs ont augmenté 
après la décision britannique de quitter l'Union européenne, 
estime jeudi le ministère des Finances allemand. 
    "L'agrégation des derniers indicateurs économiques montre 
une poursuite de la reprise économique modérée au cours de 
l'année", précise le ministère dans son rapport mensuel. 
    L'économie allemande se porte globalement bien, "mais les 
risques ont augmenté après la décision d'un Brexit". 
    La première économie européenne a progressé de 0,7% au 
premier trimestre, son taux de croissance trimestriel le plus 
fort en deux ans, poussée par une consommation en hausse, des 
investissements plus élevés dans la construction et une dépense 
publique accrue à destination des migrants.  
    Ces facteurs ont permis de contrebalancer la faiblesse du 
commerce extérieur. 
    En 2016, le gouvernement anticipe une croissance économique 
de 1,7%, grâce notamment à la demande intérieure, un taux 
comparable à celui de 2015. 
    La forte croissance enregistrée au début de l'année est 
principalement liée à des facteurs saisonniers, la construction 
a notamment été stimulée par un hiver doux, précise le 
ministère. 
    En conséquence, le rebond dans la construction attendu 
traditionnellement au printemps a été avancé, ce qui pourrait 
avoir pour effet de ralentir la progression économique du 
deuxième trimestre, ajoute le rapport.  
    La hausse de l'emploi et des salaires réels, couplés à des 
prix presque stables devraient cependant stimuler encore 
davantage le pouvoir d'achat des ménages. 
    Conséquence de la forte demande intérieure, les rentrées 
fiscales totales ont progressé de 5% sur l'année au premier 
semestre 2016, rapporte en outre le ministère des Finances. 
Cette hausse devrait permettre d'augmenter les dépenses liées 
aux migrants accueillis par l'Allemagne ainsi que celles 
d'infrastructure, tout en maintenant un budget équilibré. 
    Au premier semestre, les dépenses du gouvernement fédéral 
ont augmenté de plus de 2%, à 150,7 milliards d'euros, tout en 
ménageant un excédent budgétaire de cinq milliard sur la 
période, montre le rapport. 
    Le ministère anticipe une poursuite de la croissance modérée 
des exportations, la demande restant forte, particulièrement de 
la part des pays de la zone Euro. "Toutefois, le développement 
de l'économie mondiale reste restreint", tempère-t-il. 
     
 
 (Michael Nienaber; Julie Carriat pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant