Allemagne/Indicateurs-Recul inattendu des ventes au détail

le , mis à jour le
0
    BERLIN/FRANCFORT, 30 novembre (Reuters) - Principaux 
indicateurs économiques allemands publiés depuis le début du 
mois: 
     
    * LES VENTES AU DÉTAIL ONT BAISSÉ DE 0,4% SUR UN MOIS 
    30 novembre - Les ventes au détail ont accusé un repli 
inattendu sur un mois en octobre et ont moins augmenté que prévu 
sur un an, mais ces données ne veulent pas forcément dire que la 
consommation des ménages va cesser d'être le principal moteur de 
la croissance de la première économie européene. 
    Ces ventes, un indicateur connu pour sa volatilité, ont 
reculé de 0,4% après être restées stables en septembre, a 
précisé lundi l'Office fédéral de la statistique. 
    Sur un an, les ventes au détail ont progressé de 2,1% contre 
+3,5% (chiffre révisé à la hausse) en septembre. Les économistes 
interrogés par Reuters avaient anticipé une hausse de 0,4% sur 
un mois et une augmentation de 2,9% sur un an. 
    S'agissant de la période janvier-octobre, les ventes au 
détail ont augmenté de 2,8% en termes réels par rapport à la 
même période de 2014, soit leur plus forte hausse sur une telle 
période depuis 1994. 
    Les consommateurs allemands bénéficient à la fois d'un 
marché du travail en bonne santé, d'une hausse des salaires et 
d'un bas niveau de l'inflation. 
     
    Tableau de la statistique  ID:nB4N11Z002  
     
    * L'INDICE DU SENTIMENT DU CONSOMMATEUR À 9,3 
    27 novembre - Le moral du consommateur s'est à nouveau 
détérioré à l'approche de décembre, mais de manière moins 
marquée que prévu et sa propension à acheter s'est même 
améliorée, montre une enquête publiée vendredi, suggérant que 
les Allemands sont prêts à largement ouvrir leur portefeuille à 
l'approche des fêtes de fin d'année. 
    Selon le spécialiste des études de marché GfK, l'indice 
mesurant le sentiment du consommateur, calculé à partir d'un 
échantillon de 2.000 personnes, a reculé à 9,3, un plus bas 
depuis février, contre 9,4 points en novembre et 9,6 points en 
octobre. 
    Les économistes interrogés par Reuters avaient tablé sur 
9,2. 
    GfK a précisé avoir bouclé son enquête avant les attentats 
survenus le 13 novembre à Paris, qui ont fait 130 morts. 
    La détérioration de la confiance du consommateur depuis 
plusieurs mois est surtout liée aux inquiétudes concernant le 
marché du travail au vu de l'afflux de réfugiés arrivant en 
Allemagne. 
    Cela n'empêche pas que le sous-indice mesurant la propension 
à acheter a augmenté de trois points, à 48,9. 
 
    * LE CLIMAT DES AFFAIRES AU PLUS HAUT DEPUIS JUIN 2014 
    24 novembre - Le climat des affaires a enregistré une hausse 
surprise en novembre, ce qui semble suggérer que les dirigeants 
d'entreprise de la première économie européenne restent 
confiants malgré de moins bonnes perspectives en matière 
d'exportation vers les pays émergents, montre l'enquête 
mensuelle publiée mardi par l'institut Ifo. 
    L'indice Ifo, calculé à partir d'un échantillon de 7.000 
entreprises, est remonté à 109,0, au plus haut depuis juin 2014, 
contre 108,2 en octobre et 108,5 en septembre. 
    Les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé en 
moyenne un indice inchangé, la prévision la plus optimiste étant 
de 109,0. 
    L'institut basé à Munich a précisé que son enquête avait été 
menée au cours des trois premières semaines de novembre, la 
plupart des réponses lui ayant été remises avant les attentats 
du 13 novembre à Paris. 
    Tableau de la statistique  ID:nB4N10P02R  
    Développement  ID:nL8N13J2EG  
     
    * CROISSANCE CONFIRMÉE À 0,3% AU 3E TRIMESTRE 
    24 novembre - Une hausse de la consommation des ménages et 
une augmentation des dépenses publiques pour accueillir les 
réfugiés ont plus que compensé la faiblesse du commerce 
extérieur, ce qui a permis à la première économie européenne 
d'afficher une modeste croissance au troisième trimestre. 
    Selon les chiffres détaillés du produit intérieur brut (PIB) 
publiés mardi par l'Office fédéral de la statistique, 
l'Allemagne a enregistré une croissance, corrigée des variations 
saisonnières, de 0,3% sur la période juillet-septembre par 
rapport au deuxième trimestre, comme annoncé en première 
estimation le mois dernier. 
    Au deuxième trimestre, la croissance avait été de 0,4%. 
    Sur un an, la hausse du PIB a été confirmée également à 1,8% 
au troisième trimestre après +1,6% sur la période avril-juin. 
    La consommation des ménages a augmenté de 0,6% et les 
dépenses publiques ont bondi de 1,3%, du jamais vu depuis 2009. 
Dans son ensemble, la demande intérieure a contribué à hauteur 
de 0,7 point de pourcentage au PIB. 
    "Bien sûr, les coûts (liés à l'arrivée massive) de réfugiés 
ont joué un rôle. On voit les premiers effets sur les dépenses 
publiques", a commenté un responsable de l'Office fédéral de la 
statistique. 
    Les exportations ont de leur côté moins augmenté que les 
importations, en raison notamment d'une faiblesse de la demande 
en provenance de la Chine et d'autres pays émergents. Le 
commerce extérieur a eu un impact négatif de 0,4 point de 
pourcentage sur le PIB, sa plus faible contribution en deux ans. 
    Tableau de la statistique  ID:nB4N10P02  
    Développement  ID:nL8N13J1VM  
     
    * LES PRIX À LA PRODUCTION BAISSENT PLUS QU'ATTENDU 
    20 novembre - Les prix à la production ont baissé de 0,4% en 
octobre, un recul plus marqué qu'attendu, montrent les 
statistiques publiées vendredi par l'Office fédéral de la 
statistique.  
    Sur un an, l'indice des prix à la production est en recul de 
2,3%.  
    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en 
moyenne une baisse de 0,2% sur un mois et de 2,0% seulement par 
rapport à octobre 2014. 
    Destatis précise qu'hors prix de l'énergie, les prix à la 
production ont baissé de 0,3% le mois dernier et de 0,7% en 
rythme annuel. 
    Tableau de la statistique  ID:nB4N10P02O  
     
    * NET REBOND DU SENTIMENT DES INVESTISSEURS 
    17 novembre - Le sentiment des investisseurs s'est nettement 
amélioré en novembre après sept mois consécutifs de baisse, 
montrent mardi les résultats de l'enquête mensuelle de 
l'institut ZEW.  
    Son indice est remonté à 10,4 après 1,9 en octobre. Les 
économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un 
rebond plus limité, à 6,0.  
    Le sous-indice mesurant les conditions actuelles s'est tassé 
à 54,4 contre 55,2 en octobre, alors qu'il était prévu à 55,0. 
    L'enquête a été effectuée auprès de 225 analystes et 
investisseurs, dont 40 interrogés après les attentats qui ont 
fait 129 morts à Paris vendredi soir. 
    "Les perspectives pour l'économie allemande s'améliorent en 
fin d'année. Le pessimisme économique ne semble pas s'être accru 
après les attentats terroristes à Paris", a déclaré Clemens 
Fuest, le président de l'institut ZEW (Zentrums für Europäische 
Wirtschaftsforschung), en citant "le niveau actuellement élevé 
de consommation en Allemagne, la récente baisse de la valeur 
externe de l'euro et la reprise qui se poursuit aux Etats-Unis" 
comme autant de facteurs favorables pour la première économie 
d'Europe. 
         
    * RALENTISSEMENT DE LA CROISSANCE AU 3E TRIMESTRE 
    13 novembre - La croissance économique a ralenti au 
troisième trimestre, le commerce extérieur ayant pesé sur la 
première économie européenne, selon la première estimation de 
l'Office fédéral de la statistique publiée vendredi.  
    La croissance du produit intérieur brut (PIB) de l'Allemagne 
a été de 0,3% sur la période de juin à septembre, contre une 
croissance confirmée à 0,4% pour le deuxième trimestre. 
    L'estimation de croissance du troisième trimestre est 
conforme aux attentes des économistes interrogés par Reuters.  
    L'office de la statistique précise que la demande intérieure 
a été le principal moteur de la croissance. "La consommation 
tant privée que publique a augmenté," a-t-il dit dans un 
communiqué, tout en ajoutant que l'investissement productif a 
légèrement diminué.  
    "Selon les données préliminaires, la croissance a été 
freinée par le commerce extérieur en raison d'une hausse des 
importations nettement plus forte que celle des exportations." 
    Les données non ajustées montrent une croissance de 
l'économie de 1,8% en variation annualisée au troisième 
trimestre, également conforme au consensus Reuters, après 1,6% 
le trimestre précédent. 
    Tableau de la statistique  ID:nB4N10P02M  
     
    * L'INFLATION HARMONISÉE CONFIRMÉE À 0,2% ANNUEL EN OCTOBRE 
    12 novembre - L'inflation mesurée par les prix de détail et 
harmonisée aux normes européennes est ressortie à 0,2% en 
octobre, confirmant ainsi une première estimation, a annoncé 
l'Office fédéral de la statistique jeudi. 
    D'un mois sur l'autre, les prix de détail n'ont pas varié en 
octobre, confirmant là encore l'estimation initiale. 
    Non harmonisés, les prix de détail n'ont pas non plus varié 
sur le mois et ont augmenté de 0,3% annuellement, ce qui 
confirme une fois de plus les premières estimations.  
     
    * IMPORTATIONS ET EXPORTATIONS SE REPRENNENT EN SEPTEMBRE 
    9 novembre - Les exportations et importations ont rebondi en 
septembre après leur plongeon du mois précédent, sans parvenir à 
dissiper les inquiétudes concernant l'impact potentiel du 
ralentissement des pays émergents sur la première économie 
européenne. 
    Selon les données corrigées des variations saisonnières 
publiées lundi par l'Office fédéral de la statistique, les 
exportations ont progressé de 2,6% et les importations de 3,6%. 
Elles avaient respectivement reculé de 5,2% et 3,2% en août, 
notamment en raison d'effets saisonniers.  
    Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à des 
progressions moins marquées, de 2,1% en moyenne pour les 
exportations et de 0,9% pour les importations. 
    L'excédent commercial s'est établi à 19,4 milliards d'euros 
en septembre contre 19,6 milliards le mois précédent. 
    La solide demande provenant des Etats-Unis a contribué à 
amortir le ralentissement de la demande en Chine ainsi que dans 
d'autres économies asiatiques émergentes. 
    Pour autant, les économistes interrogés par Reuters 
prévoient toujours une croissance de 0,3% au troisième 
trimestre, contre 0,4% lors du trimestre précédent. Les chiffres 
du produit intérieur brut allemand seront publiés vendredi.      
    Tableau de la statistique :  ID:nB4N10P02F  
     
    * LA PRODUCTION INDUSTRIELLE EN FORTE BAISSE EN SEPTEMBRE 
    6 novembre - La production industrielle a accusé en 
septembre sa plus forte baisse depuis plus d'un an, ce qui 
laisse penser que le ralentissement des marchés émergents a 
produit un impact sur la première économie européenne. 
    La production industrielle a diminué de 1,1% par rapport à 
août, suivant les statistiques publiées vendredi par le 
ministère de l'Economie, alors que le consensus Reuters 
anticipait une hausse de 0,5%. 
    La baisse d'août a été révisée à 0,6% contre 1,2% en 
première estimation. 
    "Après une bonne évolution au premier semestre, l'industrie 
allemande est un peu freinée actuellement par l'économie 
mondiale en général et par certains grands marchés émergents en 
particulier", explique le ministère dans un communiqué.     
    Tableau de la statistique  ID:nB4N10P02E       
     
    * LES COMMANDES À L'INDUSTRIE EN BAISSE DE 1,7% EN SEPTEMBRE 
    5 novembre - Les commandes à l'industrie se sont contractées 
de manière inattendue en septembre, enregistrant un troisième 
mois consécutif de recul sous l'effet d'un ralentissement de la 
demande extérieure, ce qui suggère une perte d'élan pour la 
première économie européenne. 
    D'après les chiffres publiés jeudi par le ministère de 
l'Economie, ces commandes ont diminué de 1,7% sur un mois, alors 
que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en 
moyenne une progression de 1,0%. 
    La demande intérieure a diminué de 0,6% mais celle en 
provenance de l'étranger a reculé de 2,4%, notamment sous 
l'effet d'un plongeon de 6,7% des commandes en provenance de la 
zone euro. 
    La contraction du mois d'août a été confirmée à 1,8%. 
    "Globalement, les commandes à l'industrie traversent 
actuellement une phase de faiblesse", a observé le ministère.    
    Tableau de la statistique  ID:nL8N12Z3L4  
 
 (Service économique) 
  
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant