Allemagne/Indicateurs-L'inflation estimée à 0,8% sur un an

le
5

BERLIN/FRANCFORT, 29 septembre (Reuters) - Principaux indicateurs économiques allemands publiés depuis le début du mois : * PRIX INCHANGÉS EN SEPTEMBRE, +0,8% SUR UN AN 29 septembre - L'inflation en Allemagne est restée stable en rythme annuel en septembre à 0,8% pour le troisième mois consécutif, montre la première estimation officielle publiée lundi. Ce chiffre est légèrement supérieur à celui attendu en moyenne par les économistes interrogés par Reuters puisque le consensus donnait une inflation de 0,7%. Par rapport à août, les prix à la consommation mesurés aux normes européennes sont restés inchangés, a précisé l'Office fédéral de la statistique. Calculée selon les normes nationales allemandes, les prix sont également demeurés stables sur le mois écoulé et ont augmenté de 0,8% sur un an. Les chiffres définitifs de septembre seront publiés le 15 octobre. Tableau ID:nB4N0RO00J * FLÉCHISSEMENT DU MORAL DES MÉNAGES ALLEMAND À L'HORIZON D'OCTOBRE 26 septembre - Le moral du consommateur allemand a fléchi pour le deuxième d'affilée, ce dernier redoutant l'impact des conflits internationaux sur la première économie européenne. L'indice GfK le mesurant, calculé à partir d'un échantillon de 2.000 personnes, fléchit à 8,3 à l'horizon d'octobre contre 8,6 en septembre. Le consensus le donnait à 8,5. Au-dessus de zéro, l'indicateur témoigne d'une croissance annuelle de la consommation privée, et d'une contraction dans le cas inverse. Rolf Bürkl, analyste de l'institut de Nuremberg, explique que le consommateur considère dorénavant l'évolution des tensions politiques internationales comme une menace pour la conjoncture allemande. Tableau: ID:nL9N0ON00C * BAISSE DE 0,1% DES PRIX À L'IMPORTATION EN AOÛT 26 septembre - Les prix à l'importation ont baissé de 0,1% en août en Allemagne, après une contraction de 0,4% en juillet, donnant une baisse annuelle de 1,9% contre 1,7%, a annoncé l'Office fédéral de la statistique vendredi. Le consensus Reuters donnait des baisses respectives de 0,2% et 2,0%. Hors énergie, les prix à l'importation ont augmenté de 0,3% sur le mois et baissé de 0,1% annuellement. Tableau: ID:nB4N0NU01T * LE CLIMAT DES AFFAIRES AU PLUS BAS DEPUIS AVRIL 2013 24 septembre - Le sentiment des entreprises allemandes s'est dégradé davantage que prévu en septembre, tombant à son plus bas niveau depuis avril 2013, ce qui pourrait remettre en cause le rebond attendu de la première économie d'Europe au troisième trimestre. L'indice du climat des affaires de l'institut munichois Ifo, publié mercredi à partir d'un échantillon de quelque 7.000 entreprises, est ressorti à 104,7 en septembre après 106,3 (confirmé) en août. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un indice Ifo à 105,7. Il recule pour le cinquième mois d'affilée. "L'économie allemande n'avance plus très bien", a déclaré l'institut Ifo dans un communiqué. L'indice des conditions actuelles est à 110,5 en septembre contre 111,1 en août et 110,2 attendu. Celui des anticipations tombe à 99,3 après 101,7 le mois dernier et 101,2 attendu. * LES PRIX À LA PRODUCTION ONT ÉVOLUÉ COMME PRÉVU 19 septembre - Les prix à la production ont baissé de 0,1% en août comme en juillet, donnant une contraction annuelle de 0,8% là encore comme en juillet, a annoncé l'Office fédéral de la statistique vendredi. Ces variations sont exactement conformes au consensus. Hors énergie, ces prix ont augmenté de 0,2% annuellement et n'ont pas varié d'un mois sur l'autre. Tableau: ID:nB4N0NU01S * L'INDICE ZEW AU PLUS BAS DEPUIS PRÈS DE DEUX ANS À 6,9 16 septembre - Le moral des analystes et des investisseurs en Allemagne est tombé en septembre à son plus bas niveau depuis décembre 2012, signe que la première économie d'Europe souffre des tensions entre la Russie et l'Occident au sujet de l'Ukraine. En baisse pour le neuvième mois consécutif, l'indice du sentiment des investisseurs calculé par l'institut ZEW a reculé à 6,9 après 8,6 en août; il dépasse toutefois le consensus établi par Reuters, qui le donnait à 4,8. Un sous-indice de la situation actuelle a chuté à 25,4 contre 44,3 le mois dernier et 40,0 attendu. La plus basse des estimations recueillies par Reuters le donnait à 30,0. L'indice de septembre a été calculé sur la base d'une enquête auprès de 234 analystes et investisseurs menée entre le 1er et le 15 septembre. * LA HAUSSE DES PRIX DE DÉTAIL CONFIRMÉE À 0,8% ANNUEL EN AOÛT 11 septembre - L'inflation annuelle a été confirmée à 0,8% en août, qu'elle soit ou pas harmonisée aux normes européennes, a annoncé jeudi l'Office fédéral de la statistique. D'un mois sur l'autre, les prix de détail n'ont pas varié en août, qu'ils soient harmonisés ou pas, confirmant là encore la première estimation qui en avait été donnée. Hors carburants et fioul domestique, l'inflation annuelle est de 1,2%. En juillet, les prix de détail avaient augmenté de 0,3% mensuellement et de 0,8% annuellement. * FORTE CROISSANCE DES COÛTS DU TRAVAIL AU T2 8 septembre - Les coûts du travail en Allemagne ont progressé à leur rythme le plus élevé depuis plus d'un an au deuxième trimestre, ce qui pourrait rendre les biens produits par ses voisins de la zone euro plus compétitifs. Les coûts du travail, soit les salaires bruts plus les charges, ont augmenté de 1,7% sur un an d'avril à juin, en données corrigées des variations saisonnières, montrent les données publiées lundi par l'Office des statistiques fédérales. Les salaires versés par les employeurs ont augmenté de 1,6% et les charges qui leur incombent ont progressé de 2,3% au cours du deuxième trimestre, marqué par une contraction inattendue de 0,2% du produit intérieur brut de l'Allemagne. Les chiffres des coûts du travail pour l'ensemble de la zone euro au deuxième trimestre n'ont pas encore été publiés. Au premier trimestre, ils avaient augmenté de 0,5% en Allemagne et de 0,9% dans la zone euro. * EXCÉDENT COMMERCIAL SUPÉRIEUR AUX ATTENTES 8 septembre - L'excédent commercial a atteint un record de 22,2 milliards d'euros en juillet, à la faveur notamment d'un bond marqué des exportations et d'un net recul des importations, des données qui laissent entrevoir un rebond de la première économie européenne au troisième trimestre. Les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé un excédent de 16,8 milliards d'euros par rapport à chiffre de juin (révisé en légère hausse) de 16,4 milliards. Selon les données publiées lundi par l'Office des statistiques fédérales, les exportations ont augmenté de 4,7% en juillet tandis que les importations ont reculé de 1,8%. Les économistes avaient tablé sur respectivement +0,5% et -0,1%. Ces chiffres concernant les échanges commerciaux du pays viennent dans la foulée de données en matière de production industrielle et de commandes à l'industrie également supérieurs aux attentes. Ces indicateurs suggèrent que l'économie allemande devrait se reprendre après sa contraction de 0,2% au deuxième trimestre. Tableau de la statistique : ID:nB4N0QD01K * HAUSSE BIEN PLUS FORTE QUE PRÉVU DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE EN JUILLET 5 septembre - La production industrielle a augmenté bien plus que prévu en juillet, de 1,9%, enregistrant sa plus forte hausse depuis mars 2012, les entreprises ayant accéléré la production de biens d'équipement, a annoncé le ministère de l'Economie vendredi. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient une hausse de 0,3%. L'estimation la plus haute s'arrêtait à 1,5%. "L'industrie manufacturière a eu un démarrage encourageant au troisième trimestre; le résultat a été influencé de manière notable et positive par les vacances d'été cette année", explique le ministère dans un communiqué. La hausse de juin a été révisée à 0,4% au lieu de 0,3% annoncé en première estimation. Tableau: ID:nL5N0R540H * HAUSSE DES COMMANDES A L'INDUSTRIE EN JUILLET 4 septembre - Les commandes à l'industrie ont augmenté de 4,6% en juillet par rapport à juin, à leur plus haut niveau en plus d'un an, selon les données du ministère de l'Economie publiées jeudi, tirées par une forte hausse des commandes de biens d'équipements et un nombre de gros contrats supérieur à la moyenne. La hausse des commandes est nettement supérieure au consensus Reuters, qui était à +1,5%. Le chiffre de juin a été révisé en hausse, à -2,7% contre -3,2% annoncé précédemment. "Après l'incertitude provoquée par les évènements géopolitiques et l'affaiblissement de l'économie au deuxième trimestre, la forte hausse des commandes est un signe encourageant pour l'industrie", note le ministère de l'Economie dans un communiqué. Tableau de la statistique ID:nB4N0QD01B * PIB CONFIRMÉ À -0,2% AU T2, L'INVESTISSEMENT A PESÉ 1er septembre - Le produit intérieur brut (PIB) s'est contracté de 0,2% au deuxième trimestre par rapport aux trois premiers mois de l'année, affichant sur un an une croissance de 0,8%, a annoncé lundi l'Office fédéral de la statistique en confirmant ses estimations préliminaires communiquées le 14 août. Le détail de la statistique montre que le commerce extérieur et l'investissement, surtout dans le BTP, sont les principaux responsables de cette contraction qui avait pris par surprise la plupart des économistes. L'investissement, en baisse de 2,3% (-4,2% dans la construction et -0,4% pour les dépenses d'équipement) a amputé la croissance de 0,5 point et le commerce extérieur, avec une hausse plus forte des importations (+1,6%) que des exportations (+0,9%), a apporté une contribution négative de 0,2 point. La consommation privée a en revanche progressé de 0,1 point, tout comme la consommation publique, des hausses insuffisantes pour compenser l'impact de l'investissement et des exportations. La contribution de la demande intérieure à l'évolution du PIB a été de 0,1 point, celle de la consommation privée également, tandis que les variations de stocks ont eu une incidence positive de 0,4 point après une contribution négative de 0,2 point au premier trimestre. Tableau de la statistique ID:nB4N0QD016

 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • tropfort le vendredi 26 sept 2014 à 09:23

    Petits bonhommes que nous sommes. On est trop contents !

  • v.sasoon le vendredi 26 sept 2014 à 08:48

    http://fr.rbth.com/international/2014/09/25/est_de_lukraine_des_charniers_decouverts_suite_au_depart_de_lar_30939.html

  • pierry5 le lundi 8 sept 2014 à 09:17

    Et avec la baisse de l'euro, leurs excédents ne vont certes pas diminuer. J'avais prévu cela lors des discours de Draghi et la diminution des taux d'intérêts à 0.25%. Cette politique n'est valable que pour les pays fortement industrialisés.

  • pierry5 le lundi 8 sept 2014 à 09:14

    C'est ce que j'ai dit dans l'article des excédents commerciaux chinois. Si on joint les Pays Bas à ce pays, c'est 27 mlds d'euro d'excédents. Soit 10 milliards de moins que les chinois qui sont 16 fois plus nombreux.

  • Road40 le lundi 8 sept 2014 à 09:07

    avec 47.9 milliards de dollars , la chine fait pale figure comparé aux 22.2 en euros de l'allemagne .C'est dire la puissance de ce pays .