Allemagne-IG Metall anticipe de rudes négociations salariales

le
0
    par Georgina Prodhan 
    FRANCFORT, 20 janvier (Reuters) - IG Metall, premier 
syndicat allemand, a anticipé mercredi une nouvelle série de 
rudes négociations sur les salaires après avoir obtenu une 
augmentation de 3,4% pour 3,7 millions de travailleurs l'an 
dernier.  
    IG Metall est une référence dans les négociations salariales 
au niveau national et représente les salariés dans l'industrie, 
notamment automobile et métallurgique. 
    En 2015, la première économie européenne a enregistré une 
croissance de 1,7%, son rythme de plus élevé en quatre ans, 
portée essentiellement par la hausse de la consommation publique 
et privée, alors que le commerce extérieur, traditionnelle 
locomotive de l'économie allemande, à peu contribué. 
    Ce déplacement des contributeurs de croissance sera un 
facteur de soutien aux syndicats dans les négociations 
annuelles. 
    "La stabilité de la situation économique, annoncée par 
toutes les parties, sera encore une fois portée par la 
consommation privée, surtout en 2016", a dit Jörg Hofmann, qui a 
été élu à la présidence du syndicat en octobre. 
    "Pour cette seule raison, il n'y a pas lieu d'abandonner la 
politique salariale raisonnable d'IG Metall", a déclaré à la 
presse cet économiste de 60 ans connu pour ses qualités de 
négociateur. 
    Grâce à ses bons résultats en matière de négociations 
salariales, et à sa politique en faveur de l'emploi des femmes, 
des jeunes et des employés, IG Metall a vu le nombre de ses 
adhérents augmenter de 121.000 en 2015, à 2,3 millions. 
    Cette augmentation a eu lieu dans un contexte de 
désengagement syndical en Allemagne, le syndicat du secteur des 
services, Ver.di, ayant vu ses effectifs baisser légèrement à 
2,04 millions l'an dernier. 
    IG Metall décidera de sa demande en matière de hausse des 
salaires fin février et Jörg Hofmann n'a pas voulu anticiper. 
    De son côté, Gesamtmetall, la fédération patronale de 
l'industrie métallurgique et électrique en Allemagne, a dit que 
les salaires du secteur avaient déjà augmenté de 20% depuis 
2008, alors que la productivité n'avait augmenté que de 2%.  
    "Nous devons être très prudents dans les négociations sur 
les salaires de 2016", a dit le président de Gesamtmetall, 
Rainer Dulger, dans un courriel. "L'Allemagne vit un faux 
retournement à la hausse. Notre croissance et notre reprise sont 
basées sur des facteurs externes favorables tels que le faible 
taux de change de l'euro et le pétrole bon marché." 
    L'inflation de son côté n'a été que de 0,1% en moyenne en 
Allemagne sur tout 2015, son niveau le plus bas jamais 
enregistré. 
 
 (avec Jan Schwartz à Hambourg, Juliette Rouillon pour le 
service français, édité par Vaéronique Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant