Allemagne: "Heftig.co", le succès d'une machine à buzz

le
0
Allemagne: "Heftig.co", le succès d'une machine à buzz
Allemagne: "Heftig.co", le succès d'une machine à buzz

"Heftig.co", un nouveau site internet diffusant des vidéos simplettes d'animaux, de courts récits à l'eau de rose et des photos touchantes, connaît un succès fulgurant en Allemagne où ses fondateurs espèrent transformer leur machine à clics en jackpot.En seulement cinq mois, le site a déjà rassemblé 850.000 fans sur le réseau social Facebook, soit nettement plus que le site web de l'hebdomadaire Spiegel (670.000), pourtant une institution de la presse en ligne allemande.Parmi les documents publiés, une vidéo amateur de deux petits chiens dans une voiture, lorgnant sur une glace avant de la manger à tour de rôle, a par exemple été partagée par des milliers d'internautes."Heftig" qu'on pourrait traduire par "c'est du lourd", est la copie conforme du site américain "Upworthy" ("qui mérite d'être mis en avant") lancé en 2012 et qui rassemble plus de six millions de fans sur Facebook et 30 millions de visiteurs par mois.Le principe est d'aller chercher sur le web mondial toute histoire, vidéo ou photo susceptible de faire le buzz et donc de susciter des clics, en jouant essentiellement sur les émotions: tendresse, choc, humour...L'espoir des deux fondateurs allemands du site "Heftig.co" est de pouvoir transformer leur audience en recettes publicitaires.Peter Shilling, 39 ans, et Michael Glöss, 34 ans, deux entrepreneurs de Potsdam, pourvus d'un sens marketing bien aiguisé, avaient conservé l'anonymat pendant des mois pour nourrir la curiosité autour de leur projet et le buzz médiatique.En révélant récemment leur identité dans une interview à l'hebdomadaire WirtschaftsWoche, ils ont encore réussi à faire parler d'eux."Nous ne faisons pas de journalisme, mais nous partageons un média révolutionnaire, affirme M. Shilling. Nous ne cherchons que l'émotion et l'empathie. Pas de politique, ni d'économie, ni de célébrités".Pour l'instant, "Heftig.co" ne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant