Allemagne - Grèce : Merkel et Tsipras veulent dépasser les clichés

le
0
Allemagne - Grèce : Merkel et Tsipras veulent dépasser les clichés
Allemagne - Grèce : Merkel et Tsipras veulent dépasser les clichés

«Les Grecs ne sont pas paresseux et les Allemands ne sont pas responsables de tous les maux de la Grèce. Nous devons travailler dur pour dépasser ces stéréotypes». Tels sont les mots d'apaisement prononcés par le premier ministre grec, Alexis Tsipras, lors de sa rencontre, lundi, à Berlin (Allemagne), avec la chancelière Angela Merkel. Cette dernière a partagé cette intention lors d'une conférence de presse commune.

Les deux dirigeants ont ainsi cherché à dépasser les clichés qui empoisonnent les relations entre l'Allemagne et la Grèce, qui est toujours attendue sur les réformes à mettre en œuvre en échange de l'aide européenne dont elle a un besoin urgent, au risque de ne pouvoir «assurer le service de la dette dans les prochaines semaines», selon les propres termes de son Premier ministre.

«Nous devons mieux nous comprendre, il n'y a pas d'autre voie que le dialogue», a dit Alexis Tsipras, venu sans cravate. La chancelière a admis qu'il y avait «des questions difficiles» et des «désaccords» entre Athènes et Berlin, mais elle a assuré vouloir «une coopération dans un esprit de confiance mutuelle» et «une Grèce économiquement forte».

La question des crimes des nazis abordée

Dans une ambiance plutôt détendue, contrastant nettement avec la vive tension ayant plombé la première rencontre, en février, entre le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, et son homologue grec, Yanis Varoufakis, Alexis Tsipras a loué la qualité d'écoute d'Angela Merkel, tandis que la chancelière assurait que «les deux pays voulaient vivre ensemble et étaient tous les deux des parties de l'Union européenne».

Alexis Tsipras a insisté sur le fait que «le plan de sauvetage (de la Grèce) n'a pas été un succès», tout en affirmant ne pas vouloir non plus «détruire le positif des dernières années», mais trouver «un nouveau dosage politique pour régler les problèmes». Angela Merkel a souligné que ce ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant