Allemagne : en visite au camp de Dachau, Merkel exprime sa «honte»

le
0
Allemagne : en visite au camp de Dachau, Merkel exprime sa «honte»
Allemagne : en visite au camp de Dachau, Merkel exprime sa «honte»

La chancelière allemande Angela Merkel a exprimé mardi sa «tristesse profonde» et sa «honte» au cours d'une brève allocution au camp de concentration de Dachau. C'était la première fois qu'un chef d'Etat allemand se rendait dans ce camp, utilisé dès 1933 par les nazis et aujourd'hui transformé en lieu de mémoire. Une visite historique, mais aussi émaillée de critiques. La chancelière en campagne pour les législatives a tenu dans la soirée un meeting politique sous une «tente à bière».

«Chaque détenu du camp de Dachau ou d'autres camps de concentration avait évidemment une histoire personnelle qui a été interrompue ou même anéantie», a déclaré Angela Merkel, qui a également déposé une gerbe de fleurs avant de s'entretenir avec des survivants. Le camp de Dachau, où figure à l'entrée ?comme à Auschwitz? la sinistre devise des nazis «Arbeit macht frei» («le travail rend libre»), incarne «un chapitre effroyable et sans précédent de notre histoire», selon la chancelière.

La dirigeante, le visage fermé et la voix empreinte d'émotion, a également rappelé qu'une «immense majorité des Allemands» avait fermé les yeux ou n'avait rien fait contre la déportation des Juifs ou des opposants politiques.

Plus de 200.000 opposants politiques, homosexuels, juifs, handicapés, Tziganes ou prisonniers de guerre furent internés à Dachau, dont l'ancien Premier ministre français Léon Blum, qui était juif. Plus de 41.000 d'entre eux y furent tués avant que le camp ne soit libéré par les Américains en avril 1945. Aujourd'hui il accueille quelque 800.000 visiteurs par an.

Après le camp, la tente à bières

Ce déplacement de la chancelière, en pleine campagne électorale pour les législatives du 22 septembre, devait se poursuivre par un meeting électoral sous une «tente à bières», ce qui a suscité des critiques. Les Verts allemands et certains médias ont ainsi jugé maladroite la concomitance ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant