Allemagne-Décès de Genscher, architecte de la réunification

le
0
 (Actualisé avec précisions, contexte et réactions) 
    par Madeline Chambers 
    BERLIN, 1er avril (Reuters) - L'ancien ministre allemand des 
Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher, réfugié de l'Est 
devenu l'un des architectes de la réunification de son pays, est 
décédé à l'âge de 89 ans, a annoncé son secrétariat vendredi.  
    Il a succombé à une crise cardiaque jeudi soir à son 
domicile, entouré de ses proches. 
    Avocat, adhérent du Parti libéral-démocrate (FDP) allemand 
après avoir fui la République démocratique allemande, 
Hans-Dietrich Genscher a mené une carrière politique étalée sur 
un demi-siècle qui a culminé avec la réunification en 1990. 
    Christian Lindner, le chef de file actuel du FDP, a déclaré 
vendredi sur Twitter que Hans-Dietrich Genscher avait été 
"l'architecte de l'unité, l'un des fondateurs de l'UE et notre 
figure paternelle".  
    Parfois comparé par les observateurs au secrétaire d'Etat 
américain Henry Kissinger ainsi qu'à Talleyrand, le chef de la 
diplomatie de Napoléon, Genscher avait notamment contribué à 
rallier à la réunification certains des alliés ou des ex-ennemis 
de l'Allemagne que cette perspective inquiétait, à commencer par 
l'URSS et la France. 
    Ses efforts ont été récompensés le 3 octobre 1990 avec la 
signature par les deux Allemagnes d'alors du traité de 
réunification avec les quatre vainqueurs de la Seconde Guerre 
mondiale, qui a restauré la souveraineté allemande après une 
parenthèse de 45 ans.  
     
    LA FRANCE SALUE "UN EUROPÉEN CONVAINCU" 
    Le porte-parole du gouvernement allemand, Georg Streiter, a 
déclaré vendredi que Genscher était "un grand homme d'Etat, un 
grand Européen et un grand Allemand".  
    De son côté, Jean-Marc Ayrault, le ministre français des 
Affaires étrangères, a salué "l'un des grands acteurs de la 
réunification (qui) aura marqué par ses qualités tant politiques 
qu'humaines cette période majeure de l'histoire de l'Europe". 
    "La France salue la mémoire d'un Européen convaincu, 
cheville ouvrière de la coopération franco-allemande", a-t-il 
ajouté.  
    Né le 21 mars 1927 à Reideburg, près de Halle, Hans-Dietrich 
Genscher avait servi dans la Luftwaffe, l'aviation allemande, à 
la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il avait assuré n'avoir 
découvert que bien des années plus tard que son nom avait été 
inscrit dans le registre des membres du parti nazi.  
    Ministre de l'Intérieur de Willy Brandt, il avait vécu le 
pire moment de sa carrière politique en 1972 avec le drame de la 
prise d'otages des Jeux olympiques de Munich, l'assaut des 
forces de sécurité allemandes s'étant soldé par la mort de 11 
membres de l'équipe israélienne. 
    Il avait été nommé en 1974 ministre des Affaires étrangères, 
un portefeuille qu'il a occupé sans interruption jusqu'en 1992, 
aussi bien sous l'autorité du chancelier social-démocrate Helmut 
Schmidt que du chrétien-démocrate Helmut Kohl.  
    Fervent partisan de la construction européenne dès les 
années 1980, il avait ouvert la voie en négociant un accord sur 
la création de la future Banque centrale européenne, première 
étape vers l'introduction de l'euro en 1999.  
 
 (Michelle Martin, Joseph Nasr et Matthias Sobolewski; 
Jean-Philippe Lefief et Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant