Allemagne : Cyberattaque incontrôlable au Bundestag !

le
0
Allemagne : Cyberattaque incontrôlable au Bundestag !
Allemagne : Cyberattaque incontrôlable au Bundestag !

C'est un vrai scénario d'espionnage qui est en train de s'écrire au Bundestag, le parlement allemand. Ce dernier a été victime d'une méga cyberattaque le 15 mai dernier selon le journal Courrier international qui cite les journaux Allemands Spiegel Online et Zeit Online. Une intrusion que les services informatiques ne parviennent pas à contrer depuis une semaine. Ils envisagent maintenant de reconstruire totalement l’infrastructure informatique.

Les quelque 600 députés de la Bundestag et leurs milliers de collaborateurs qui ont appris la cyberattaque par voie de presse ont de quoi être inquiets. Ils se plaignent de ne pas avoir d'information sur la conduite tenir alors que des dizaines de commissions continuent de se réunir en séances plénières. 

Une attaque conduite par des experts

Et les dernières informations ne sont pas rassurantes : les services informatiques du Bundestag ne parviennent pas pour l’heure à maîtriser le logiciel espion qui a piraté  les ordinateurs. Des données continuent donc de s'échapper sans que personne sache où elles sont envoyées par le logiciel malveillant selon Zeit Online. Les services du Bundestag qui n’arrivent pas à contrer cette attaque informatique envisagent une reconstruction totale de l'infrastructure informatique. C’est ce qui est ressorti de la dernière réunion de la Commission sur les techniques d’information et de communication, qui vient de siéger.

Selon Zeit Online, le niveau de cette cyberattaque contre le Bundestag laisse penser qu'elle a été conduite par des experts. Le logiciel malveillant serait un «cheval de Troie avec des caractéristiques du niveau des services secrets».

Konstantin von Notz, député vert qui siège à la Commission d’enquête parlementaire sur la NSA s'interroge sur la nature des données qui ont fuité et se demande dans quelle mesure les commissions siégeant de manière confidentielle sont affectées car «cela reste encore flou», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant