Allemagne-Croissance à 1,5% en 2014 grâce à la consommation

le
0

* La croissance 2014 à son rythme le plus fort depuis 2011 * L'euro et le pétrole, facteurs de soutien pour 2015 (Actualisé avec précisions, contexte, commentaires) par Michelle Martin BERLIN, 15 janvier (Reuters) - La consommation privée et le commerce extérieur ont soutenu l'économie allemande qui a enregistré une croissance de 1,5% en 2014, sa meilleure performance en trois ans. Ce résultat en première estimation publié par l'Office fédéral des statistiques masquent toutefois la faiblesse de la première économie d'Europe sur les trois derniers trimestres de l'année dernière. La consommation privée a contribué à hauteur de 0,6 point de pourcentage à la croissance l'an dernier. Un niveau d'emploi record, des salaires en hausse et une inflation modérée ont stimulé les dépenses des ménages allemands. Le commerce extérieur, qui a perdu un peu de son rôle traditionnel de moteur de l'économie ces dernières années, a apporté 0,4 point à la croissance malgré la morosité persistante du marché européen, première destination pour les exportations allemandes marché, et les tensions en Ukraine et au Proche-Orient. Les économistes notent cependant que l'économie allemande n'a pas été aussi performante en 2014 que ces chiffres pourraient le laisser croire. "A y regarder de plus près, l'économie allemande a été en mode stagnant pendant une bonne partie de l'année", dit Ferdinand Fichter de l'institut DIW à Berlin. L'économie a commencé l'année sur une bonne croissance de 0,8% d'un trimestre à l'autre, avant de se contracter au deuxième trimestre et d'éviter de justesse la récession technique avec une croissance anémique de 0,1% au troisième. Berlin pourrait réviser à la hausse sa prévision de croissance pour l'année 2015, à 1,5% contre 1,3% précédemment, a-t-on appris par ailleurs jeudi de sources gouvernementales. "Si l'Allemagne croît de 1,5% en 2015, ce sera grâce à un pétrole bon marché et à un euro faible. Le pays a un besoin urgent de plus d'investissements publics et d'incitations à l'investissement privé", commente Holger Sandte, économiste à Nordea. Les indicateurs allemands en temps réel ECONDE (Noah Barkin et Michelle Martin; Patrick Vignal et Juliette Rouillon pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant