Allemagne : comme la RDA, la RFA avait organisé un dopage de masse

le
0
Allemagne : comme la RDA, la RFA avait organisé un dopage de masse
Allemagne : comme la RDA, la RFA avait organisé un dopage de masse

La défaite française contre l'Allemagne à Séville lors de la Coupe du monde 1982 vous laisse toujours un goût amer ? Voilà peut-être qui va raviver le sentiment d'injustice... Après la publication lundi d'un rapport universitaire faisant état d'un dopage organisé dans le sport ouest-allemand à partir des années 1970, le Comité olympique allemand a annoncé ce mardi qu'elle allait lancer une commission indépendante pour faire toute la lumière sur ces révélations.

Cette publication, effectuée sur le site de l'Institut fédéral pour la recherche sportive (BISp) sous tutelle du ministère de l'Intérieur allemand, avait été demandée avec véhémence après les révélations du quotidien Süddeutsche Zeitung sur son contenu. En pleine campagne pour les législatives, prévues le 22 septembre, la nouvelle avait même entaché la sphère politique : l'opposition social-démocrate avait notamment reproché au ministre de l'Intérieur, le conservateur Hans-Peter Friedrich, de vouloir censurer les résultats de cette enquête.

Que dit ce rapport ? Les chercheurs de l'Université Humboldt de Berlin affirment que la recherche sur les produits dopants était «soit tolérée soit souhaitée par toutes les instances décisionnelles» en RFA (République fédérale d'Allemagne), tant du côté des instances sportives que des pouvoirs publics. Jusqu'à la réunification en 1990, ce système aurait été financé par l'argent public, touchant toutes les disciplines, y compris le football.

A titre d'exemples, lors des Jeux olympiques de 1976, les athlètes auraient ainsi reçu 1200 injections douteuses. Les performances des champions du monde de football en 1954 et des finalistes de 1966 sont aussi remis en cause. Trois joueurs allemands auraient présenté des traces d'éphédrine lors de cette dernière compétition.

Qui est mis en cause ? Le rapport met en lumière le rôle joué par le chercheur Joseph Keul, décédé en 2000, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant