Allemagne : Comme en France, la polémique raciale s'installe au sujet d'Özil

le
0

A une semaine du premier match de l’Allemagne à l’Euro, une polémique est née outre-Rhin suite aux propos controversés du parti d’extrême-droite à l’encontre de Mesut Özil.

Depuis quelques jours, l’équipe de France doit faire face à une actualité brûlante. Entre les attaques d’Eric Cantona et de Karim Benzema, qui le soupçonne d’avoir « cédé à la pression d’une partie raciste de la France », Didier Deschamps doit gérer une préparation compliquée pour l’Euro 2016. Mais en Allemagne aussi, le quotidien de la Nationalmannschaft n’est pas de tout repos. Pourtant auréolée d’un titre de champion du monde en titre, l’équipe de Joachim Löw doit faire face aux attaques persistantes du parti d’extrême-droite, Alternative pour l’Allemagne (AfD), dont l’influence grandit grâce à une campagne anti-migrants. Ce dimanche, dans un entretien au journal Die Welt, la patronne de l’AfD, Frauke Petry, s’attaque à l’une des stars de la sélection, Mesut Özil. Et les reproches vont, en partie, vous rappeler quelque chose. « C'est dommage que Mesut Ozil, une figure à laquelle s'identifient tant d'enfants et d'adolescents, ne chante pas l'hymne national », lance la femme politique, qui s’interroge également sur la photo d’un pèlerinage à La Mecque, publiée en mai par le joueur d’Arsenal. « On pourrait demander à Ozil s'il a voulu ainsi lancer un message politique. (…) En tout cas, les femmes avec lesquelles il se montre ne portent pas le voile », ironise Petry. Des propos navrants qui interviennent quelques jours après ceux du numéro 2 du parti d’extrême-droite. Cette fois, c’est Jerome Boateng qui avait été visé : « Les gens l'apprécient en tant que footballeur. Mais ils ne veulent pas avoir Boateng comme voisin », avait lâché Alexander Gauland.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant