Allemagne - Bayern Munich : Le métier d'entraîneur vu par Carlo Ancelotti

le
0
Allemagne - Bayern Munich : Le métier d'entraîneur vu par Carlo Ancelotti
Allemagne - Bayern Munich : Le métier d'entraîneur vu par Carlo Ancelotti

Carlo Ancelotti, entraîneur du Bayern Munich, livre les clés de sa méthode et les dessous du métier d’entraîneur dans un entretien pour L’Equipe. Morceaux choisis.

Le Bayern d’Ancelotti 2016-17, c’est un sans-faute depuis le début de saison avec quatre victoires en autant de matchs, pour 14 buts marqués et un seul encaissé. Le rouleau compresseur bavarois règne sur l’Allemagne et tient à étendre sa suprématie sur le plan européen. La modeste équipe de Rostov en a notamment subi les foudres lors du premier match de poules de la Ligue des Champions (5-0). Mais alors, la patte Ancelotti, c’est quoi ? « C’est une identité de jeu basé sur une possession de balle un peu plus finalisée et un jeu plus vertical » déclare le tacticien italien à l’Equipe ce vendredi. « J’aimerais voir davantage les latéraux centrer. Guardiola, lui, préférait les ailiers du style Robben ou Ribéry, Coman ou Douglas Costa. Moi, je veux utiliser ce type de joueurs pour centrer mais aussi pour être à la réception. Je veux plus de monde dans la surface. » Une philosophie de jeu à laquelle les joueurs semblent parfaitement adhérer.

Ancelotti : « Tu dois avoir la relation la plus proche possible sans jamais perdre le respect »

Très apprécié par ses joueurs, Carlo Ancelotti est même considéré comme un père pour certain (Marco Verratti). La relation avec les joueurs est primordiale pour le coach. « Tu ne peux pas te contenter d’une relation professionnelle, tu dois l’étendre à quelque chose de plus intime », confie l’entraîneur du Français Franck Ribéry, avec qui il est très proche au Bayern. « J’aime plaisanter avec les joueurs. Franck Ribéry est très chambreur. C’est très bien. On peut jouer, rigoler ensemble. » Mais le coach italien pose ses limites : « Tu dois avoir la relation la plus proche possible sans jamais perdre le respect. Pour ça, tu dois contrôler. Tu dois être relax dans la relation ».

Ancelotti : « Je peux encore travailler quinze ans »

Après avoir pris une année sabbatique suite à son passage au Real Madrid pour se reposer, Ancelotti, âgé de 57 ans, semble avoir repris du poil de la bête depuis qu’il est au Bayern : « Je ne sais pas combien d’années je peux encore continuer. Je ne suis pas fatigué. J’aime mon travail et je pense que je peux encore travailler quinze ans », avoue-t-il. Sur le banc depuis près de vingt ans (974 matchs à son actif), Carlo Ancelotti n’est donc pas prêt à raccrocher de sitôt. Et si jamais Ancelotti devait arrêter sa carrière d’entraîneur de manière prématurée, il pourra toujours compter sur son fils Davide (actuellement son adjoint) pour prendre la relève. Chez les Ancelotti, c’est entraîneur de père en fils !
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant