Allemagne-Après Jérôme Boateng, AfD s'en prend à Mesut Özil

le
0
    BERLIN, 5 juin (Reuters) - La dirigeante du parti xénophobe 
AfD (Alternative pour l'Allemagne), Frauke Petry, a reproché 
dimanche au milieu de terrain Mesut Özil de ne pas chanter 
l'hymne national, dernier coup de griffe en date de cette 
formation contre des membres de la Mannschaft issus de minorités 
ethniques. 
    Dans une interview que publie le journal Die Welt am 
Sonntag, Frauke Petry accuse également Özil, musulman 
pratiquant, de poursuivre des visées politiques en postant sur 
les réseaux sociaux une photo le montrant en pèlerinage à La 
Mecque le mois dernier. 
    "Il est honteux que Mesut Özil, en qui tant d'enfants et de 
jeunes gens s'identifient, ne chante pas l'hymne national", 
déclare-t-elle dans l'interview. 
    Mesut Özil, de la troisième génération d'Allemands d'origine 
turque, est souvent cité en exemple d'intégration réussie dans 
la société allemande, en tant que pilier de la sélection 
nationale depuis 2009. 
    Le milieu de terrain, qui évolue chez Arsenal, n'a pas réagi 
pour l'heure à l'attaque de Frauke Petry. Sur son site internet, 
le magazine Der Spiegel relève que les joueurs allemands n'ont 
pas de tradition ancrée de chanter l'hymne national quand il 
retentit avant le coup d'envoi des matches, et qu'il n'est pas 
inhabituel que certains demeurent silencieux, quelle que soit 
leur religion. 
    Interrogée à propos du pèlerinage qu'a effectué Özil à La 
Mecque, Petry accuse le footballeur d'hypocrisie et de 
rechercher une visibilité politique. 
    Voici une semaine, le vice-président d'AfD Alexander Gauland 
avait soulevé un tollé en déclarant que, même s'ils appréciaient 
le joueur noir Jérôme Boateng - de mère allemande et de père 
ghanéen - lors des matches, les Allemands ne souhaitaient pas 
l'avoir comme voisin. 
    AfD, qui maintient que l'islam viole la Constitution 
allemande et réclame l'interdiction des minarets et du voile, 
semble pâtir de ses interventions contre les joueurs de 
football. Selon un sondage publié par le Bild am Sonntag, le 
parti, apparu en 2013 sur la scène politique, recule de deux 
points et n'est plus crédité désormais que de 12% des intentions 
de vote au niveau fédéral. 
 
 (Caroline Copley; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant