Allemagne-AfD prône l'interdiction des minarets et de la burqa

le
0
    par Tina Bellon 
    STUTTGART, 1er mai (Reuters) - Les délégués réunis à 
Stuttgart pour le congrès du parti anti-immigration AfD 
(Alternative pour l'Allemagne) ont apporté dimanche leur soutien 
à un manifeste électoral proclamant que l'islam n'est pas 
compatible avec la Constitution fédérale et appelant à une 
interdiction des minarets et de la burqa. 
    AfD, parti lancé voici trois ans seulement, a été porté par 
la crise migratoire en Europe, qui a vu l'arrivée de plus d'un 
million de réfugiés, pour l'essentiel musulmans, en Allemagne 
l'année dernière. Ce parti ne compte pas de députés au Bundestag 
mais est représenté d'ores et déjà dans la moitié des 16 
assemblées régionales du pays. 
    Les sondages créditent AfD de 10 à 14% d'intentions de vote, 
ce qui représente un défi de taille pour les conservateurs de la 
chancelière Angela Merkel, mais aussi pour les autres partis 
traditionnels, dans l'optique des élections législatives de 
septembre 2017. L'ensemble des partis traditionnels excluent une 
coalition avec AfD. 
    Lors d'un débat animé au second et dernier jour de congrès, 
bon nombre des 2.000 délégués ont acclamé dimanche les appels 
lancés à la tribune en faveur de mesures contre les "symboles 
musulmans du pouvoir" et ont sifflé un appel au dialogue avec 
les musulmans d'Allemagne. 
    "L'islam nous est étranger et pour cette raison, ses tenants 
ne peuvent pas invoquer le principe de liberté de culte au même 
degré que le christianisme", a déclaré sous des applaudissements 
nourris Hans-Thomas Tillschneider, élu AfD au Landtag de 
Saxe-Anhalt, l'un des Länder de la partie est de l'Allemagne. 
     
    APPEL AU DIALOGUE SIFFLÉ 
    Pour Angela Merkel, la liberté de culte est garantie à tous 
en vertu de la Loi fondamentale (constitution) allemande; la 
chancelière a affirmé à plusieurs reprises que l'islam faisait 
partie de l'Allemagne. 
    Samedi, quelque 2.000 manifestants d'extrême gauche ont 
tenté de perturber le déroulement du congrès et se sont heurtés 
aux forces de l'ordre. Environ 500 personnes ont été brièvement 
interpellées et dix policiers ont été légèrement blessés, a 
déclaré un porte-parole des forces de l'ordre. 
    Le chapitre du programme d'AfD concernant les musulmans est 
titré "L'islam ne fait pas partie de l'Allemagne". Le programme 
électoral exposé dimanche préconise l'interdiction des minarets 
et de la burqa. 
    Lors des débats de dimanche, un délégué qui réclamait une 
meilleure compréhension à l'égard des musulmans s'est attiré des 
huées et des sifflets nourris. 
    "Je demande à tout un chacun d'aller à la rencontre de la 
communauté musulmane locale et d'engager un dialogue", a plaidé 
Ernst-August Röttger, délégué de Lünebourg dans le nord du pays. 
    L'Allemagne compte près de quatre millions de musulmans, 
soit 5% de sa population totale, qui avoisine les 80 millions. 
    Une bonne partie des musulmans d'Allemagne sont originaires 
de Turquie, mais ceux qui sont arrivés l'an dernier viennent 
surtout de zones de conflits comme la Syrie, l'Irak et 
l'Afghanistan. 
 
 (avec Michael Nienaber; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant