Allan St Maximin, le Vert de l'espoir

le
0
Allan St Maximin, le Vert de l'espoir
Allan St Maximin, le Vert de l'espoir

Pépite de Christophe Galtier, Allan Saint-Maximin, 17 ans, apprend la patience. Joueur de talent, ce gamin toujours en avance bosse dans l'ombre avant de crever l'écran. Portrait d'un précoce du 92.

Dans ce petit monde de brutes qu'est la préformation francilienne, l'orange et blanc de l'AC Boulogne-Billancourt est un gage de qualité, une sorte d'appellation d'origine contrôlée. D'ailleurs, quiconque connaît le stade Le Gallo sait que l'on parle là d'un des bastions les plus difficiles à conquérir de la région parisienne. C'est là, coincé entre la Seine, le pont de Sèvres et la petite Ville-d'Avray chère à Boris Vian qu'Allan Saint-Maximin s'est mis à tuer tous les petits affreux. Des adversaires, en langage correct, des faire-valoir, pour être plus exact, tant le joueur enchaîne les promenades de santé depuis le plus jeune âge. Né le 12 mars 1997, un peu plus au sud, à Châtenay-Malabry, le gamin est du genre précoce. Ceux dont on dirait qu'ils ont toujours eu de l'avance. Une idée que son père, Alex, confirme d'ailleurs sur le site internet Poteaux carrés : « Je me suis aperçu qu'il n'était pas comme les autres dès qu'il a commencé à marcher. Il était très en avance, tant dans le langage que la motricité. » Contrairement à d'autres joueurs qui ont vu le dieu du football se pencher sur leur berceau, Allan a la chance d'avoir un tempérament perfectionniste. Oui, à une heure où partir en avance signifie parfois arriver en retard - et même ne pas arriver du tout -, l'ancien joueur de l'ACBB vit un début de carrière serein et posé. Vainqueur du titre national avec les U17 de l'AS Saint-Étienne, le gamin de 17 piges grappille de plus en plus de temps de jeu avec les professionnels. Auteur de sa première passe décisive lors d'un déplacement sur la pelouse de l'Olympique de Marseille, Saint-Maximin est un crack et un bosseur. Autant dire que les Verts tiennent là une perle rare.
Allan le conquérant
Guillaume Sabatier a un nom à aimer la Bundesliga, mais il a surtout eu la chance d'entraîner le phénomène du côté de Boulogne. Et évidemment, comme en amour, ce qui l'a marqué le plus, c'est sa première rencontre avec le phénomène. « Un samedi, on me l'amène et on me dit "tu vas voir, il est très bon, fais le jouer". Sur le premier match, alors que je ne le connaissais pas du tout, il a mis 8 buts. J'ai été marqué par sa vivacité et son explosivité », confie-t-il, comme s'il n'avait jamais oublié cette rencontre. La vérité, c'est que comme quelques autres gamins à cet âge-là (entre 10 et 13 ans), Allan Saint-Maximin change le cours des matchs et est capable d'éliminer...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant