Alimentation : le pané, c'est mieux avec du poisson

le , mis à jour à 12:27
0
Alimentation : le pané, c'est mieux avec du poisson
Alimentation : le pané, c'est mieux avec du poisson

Il y a comme anguille sous roche. L’association de défense des consommateurs CLCV, qui s’est penchée sur l’étiquette de 237 produits à base de poisson (surimi, rillettes, parmentiers, brandades, bâtonnets, nuggets, etc.), dénonce dans une enquête que nous vous dévoilons le flou entretenu par les industriels sur le contenu de nos assiettes, et surtout de celles de nos enfants.

 

Malgré les réclamations répétées des associations européennes, encore une boîte sur dix n’affiche pas clairement la part de poisson contenue dans le produit. Dans certains cas, il faut effectuer une règle de trois. Ainsi, sur un emballage de nuggets de poissons il est indiqué « préparation à base de poisson 70 % : colin d’Alaska 83 % » ! Dans ce produit, la part réelle de colin est en réalité de 58 %. Pas toujours facile, quand on remplit son chariot au pas de course.

 

Un mélange peu ragoûtant

 

La plupart des produits sont fabriqués non pas à partir de filets, qui sont les parties nobles du poisson, mais plutôt de chair et plus rarement de pulpe. « C’est le cas dans plus de 75 % des produits examinés », souligne Marine Desorge, chargée de mission alimentation pour la CLCV. Derrière ces termes un peu vagues, on trouve un « mélange peu ragoûtant » de chutes de filetage, sans les meilleurs morceaux (filet, darne, baron) mais avec arêtes et peau, le tout mixé dans des broyeurs.

 

Attention au piège marketing, même si le mot filet apparaît sur l’emballage de bâtonnets bien carrés, le plus souvent, il s’agit de pièces de cabillaud ou de colin reformées à partir de chairs agglomérées.

 

Des ingrédients de seconde catégorie pour les enfants

 

Le pané reste la seule façon de faire avaler du poisson à Tom, 3 ans, ou à Anna, 8 ans ? C’est classique, mais l’étude de la CLCV révèle que les panés contiennent moins de bonne chair iodée (30 % seulement en moyenne) quand ils ciblent les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant