Alimentaire : les Français privilégient les produits locaux

le
1

INFOGRAPHIE - La moitié des Français ont souvent le sentiment de ne plus trop savoir ce qu'il mange, selon une étude Ipsos pour Bienvenue à la ferme. Et près de 40% de nos compatriotes sont inquiets de la qualité des produits alimentaires qu'ils consomment.

Le phénomène des «locavores» pourrait prendre encore de l'ampleur. Déjà présent «depuis trois ou quatre ans» selon Etienne Mercier, co-directeur du département Opinion d'Ipsos, il s'est intensifié depuis les crises alimentaires de ces deux dernières années. Les découvertes de viande de cheval dans les lasagnes Spanghero, et de la vente de carcasses anglaises de chevaux contaminées, n'ont fait que précipiter les craintes des Français. Selon un récent sondage Ispsos pour Bienvenue à la ferme *, «41% achètent local» et «69% disent consommer plus de produits alimentaires locaux ces deux dernières années qu'avant.»

On observe les mêmes peurs des consommateurs dans d'autres pays européens, mais «la crise française est plus forte». Pour Etienne Mercier, cela s'explique par le caractère très «franco-français» des deux crises alimentaires. Et par le fait que les Français avaient «particulièrement confiance dans les marques touchées par le scandale».

Un autre mouvement découle de ces crises alimentaires et de la crise économique: le «Made in France». Selon le co-directeur, pour beaucoup de consommateurs le «made in France» est une façon «de reprendre un petit peu la main sur la crise économique». Consommer équitable aujourd'hui «c'est aider les petits producteurs» ajoute-t-il. Et ils sont «81% des sondés à privilégier davantage l'achat d'un produit 'made in France'». La fréquence d'achats de produits locaux est en forte progression. 80% des consommateurs disent acheter désormais des produits locaux, et parmi eux, 4 personnes sur 10 le feraient même souvent. La tendance progresse puisque 69% des acheteurs de produits locaux déclarent en acheter plus souvent qu'avant.

Et cela rassure aussi les consommateurs. Pour eux, l'achat de produits locaux permet d'être des «consom'acteurs» et de participer à l'économie locale. La vente «en direct», les appellations officielles et la fabrication locales sont devenues les principales garanties de qualité pour les consommateurs. D'abord, pour 23% des sondés, le fait que le produit soit vendu directement par le producteur. Ils sont 46% à le prendre en compte. Ensuite, l'existence d'un signe officiel de qualité (ACP, Label Rouge, etc). Si le label agriculture biologique réussissait encore à rassurer les Français il y a quelques temps, les peurs ne sont plus les mêmes aujourd'hui. Les pesticides ne sont plus la cible de mire des consommateurs, les inquiétudes sur la provenance des produits ayant pris leurs places. L'origine du produit consommé arrive en troisième position avec 15% des sondés. 77% cherchent à connaitre davantage l'origine des produits qu'ils consomment. Enfin, la fabrication locale du produit, près de leur domicile, arrive en quatrième position avec 9% des sondés.

Toutefois, la consommation de produits locaux reste freinée par deux élements. En premier lieu, le prix trop élevé de ces produits. Seul 49% des sondés considèrent que les produits alimentaires locaux ne sont pas plus chers que les autres. Et proposer des prix plus accessibles est considéré par 62% comme le principal moyen de renforcer la consommation «locale». Le manque de points de vente constitue un deuxième obstacle à la consommation de produits locaux. La majorité des consommateurs déclarent parcourir une distance maximale de 10km pour se rendre sur les lieux de vente. Davantage de points de vente disponibles inciterait à plus consommer pour 40% des sondés. Une meilleure visibilité, sur l'étiquette des produits locaux et dans les rayons, participerait également à l'augmentation de la consommation de ces produits.

* Enquête Ipsos pour Bienvenue à la ferme réalisée en février 2014 sur un échantillon de 1008 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • calippe3 le jeudi 13 fév 2014 à 17:59

    Oui et pour la viande mieux vaut manger 100 g de bon que 250 g de mauvais il y a beaucoup à faire pour les personnes seules pas facile de trouver despetites portions