Aligner la retraite du public sur celle du privé, une fausse bonne idée

le , mis à jour à 09:29
88
Aligner la retraite du public sur celle du privé, une fausse bonne idée
Aligner la retraite du public sur celle du privé, une fausse bonne idée

C'est l'une des propositions chocs des candidats à la primaire à droite : aligner les régimes de retraite du public et du privé. Sarkozy, Fillon, Juppé, Copé, Le Maire... La plupart des prétendants à l'Elysée dans ce camp politique souhaitent en finir avec les différences de traitement entre les fonctionnaires et les salariés du privé. Une réforme claire. Mais, visiblement, très difficile à appliquer. C'est ce que pointe un rapport de la Cour des comptes. Au cours de leur travail consacré aux « pensions de retraite des fonctionnaires », les Sages se sont penchés sur cette piste de réforme. Et ils émettent de sérieux doutes sur sa faisabilité.

 

Efficace au bout de dix-sept ans

 

Aujourd'hui, le montant des pensions des fonctionnaires est calculé sur les six derniers mois de salaire. Dans le privé, ce sont les vingt-cinq meilleures années qui sont prises en compte. Pour lutter contre les déficits publics, il s'agirait donc d'appliquer à tout le monde la règle du privé. Problème — technique mais essentiel —, les logiciels de gestion des ressources humaines dans la fonction publique ne conservent les fiches de paie des fonctionnaires que pendant cinq ans. Après, elles sont effacées. Impossible, donc, de retrouver les vingt-cinq meilleures années d'un agent...

 

Autre difficulté, cette réforme aurait, dans un premier temps, un coût pour les finances publiques. Car aligner le public sur le privé revient aussi à appliquer les mêmes taux de cotisation. Or, actuellement, ils sont beaucoup plus élevés dans le public. La réforme se traduirait par 28 Mds€ de baisse de cotisation employeur dans la fonction publique. Le hic, c'est que, dans le même temps, les retraites à payer, elles, seraient toujours aussi coûteuses. Il faudrait donc pendant plusieurs années que l'Etat mette la main à la poche et compense le trou. La réforme ne deviendrait « rentable », selon la Cour des comptes, qu'après ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ECP1988 il y a un mois

    Je ne vois pas en quoi la retraite devrait pérénniser des avantages lés à la fonction professionnelle quand celle ci n'est plus exercée.

  • ECP1988 il y a un mois

    Au total cela ferait moins de cotisation puisque 10% du PIB suffisent à payer cette somme . alors que les prévisions sont à 13% du PIB . L'égalité c' est bon pour la santé ... des finances publiques aussi.

  • M1945416 il y a un mois

    ECP1988 si on fait la même retraite pour tous ce sera aussi la même cotisation pour tous et là , forte baisse des cotisations car se sont les plus haut salaires qui payent le plus … et là …

  • ECP1988 il y a un mois

    10% du PIB pour 21% de la population.

  • ECP1988 il y a un mois

    13,7 millions de retraités en 2014 donnerait 213 milliards de retraite à ce même régime pour tous soit 10% du PIB

  • ECP1988 il y a un mois

    Personellement je serais partisan d'un même mntant de retraite pour tous au même âge : 1300 euros à 60 ans queiqu'ait été le montant du salaire antérieur : LES BESOINS SONT LES MEMES POUR TOUS LES RETRAITES

  • fortunos il y a un mois

    Si ca coute plus cher a l Etat,alors c est non,par contre supprimons les promotions des cadres sup a qq mois de la retraite,que n ont pas les employés de base!!!

  • erictato il y a un mois

    Un salarié du privé a un taux de remplacement de 50% en moyenne (retraite mensuelle par rapport au dernier salaire).Pour moi, fonctionnaire avec 50% de mon salaire en primes, ce sera 75% (au mieux) de ... 50%. Si on m'aligne cela va coûter à la collectivité.

  • kram123 il y a un mois

    Si on peux pas c'est à cause d'un problème technique lolAlors celle la elle est pas mal comme excuseComment passer pour un pro?

  • b.renie il y a un mois

    Le Système gérant les revenus des personnes ne pouvant plus travailler pour gagner leur vie est un problème national qui a reçu diverses réponses plus ou moins bonnes Il faut le reprendre à la base sur le principe de la liberté du choix pour celui qui travaille de continuer ou s'arrêter à sa guise. Reste le problème de ceux qui ne peuvent plus travailler. C'est donc un service national et il insensé de ne pas s'en saisir en vue de construire un système unique pour tous avec la garantie de l'Etat