Alibaba a vu ses revenus s'envoler au printemps

le
0
Alibaba a vu ses revenus s'envoler au printemps
Alibaba a vu ses revenus s'envoler au printemps

Le numéro un chinois de la vente sur internet Alibaba a vu son chiffre d'affaires bondir de 59% au premier trimestre de son exercice décalé, mieux qu'anticipé, grâce à la robustesse des transactions sur ses plateformes et à l'essor de l'informatique dématérialisée.Entre avril et juin, le géant de l'internet a enregistré des revenus de 4,84 milliards de dollars (32,15 milliards de yuans), en nette accélération et bien mieux qu'attendu par les analystes sondés par Bloomberg, qui misaient sur 30,2 milliards de yuans.C'est la "plus forte croissance" trimestrielle d'Alibaba depuis sa tonitruante introduction à Wall Street fin 2014, s'est félicitée la directrice financière du groupe, Maggie Wu, citée dans un communiqué.La dirigeante a toutefois estimé, au cours d'une conférence téléphonique, qu'il était encore trop tôt pour envisager de relever l'objectif annuel du groupe, qui vise une croissance d'au moins 48% de son chiffre d'affaires sur l'ensemble de l'exercice 2016-2017."Nous sommes encore tôt" dans l'exercice, aussi cette prévision, annoncée en juin, "reste inchangée pour le moment", a déclaré Maggie Wu, ajoutant qu'il s'agissait déjà d'un objectif "assez ambitieux".Le résultat ajusté par action, qui fait référence à Wall Street, s'est établi à 4,90 yuans (0,74 cents), très au-dessus des 4,20 yuans anticipés par le marché.Son bénéfice net a certes fondu de 77% sur un an, à 1,07 milliard de dollars, mais en raison d'une base de comparaison défavorable: Alibaba avait fait état au même trimestre de 2015 d'un gain exceptionnel de 3,99 milliards de dollars lié à la réévaluation de la valeur de sa participation dans sa filiale Alibaba Pictures, spécialisée dans le cinéma.Le mastodonte de l'internet a beau avoir largement diversifié ses activités, plus des trois quarts de ses revenus proviennent encore de ses plateformes de vente en ligne (3,52 milliards de dollars, en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant