Algues : un décret inquiète les écologistes

le
0
Le seuil d'épandage de déjections animales a été réhaussé de façon indirecte. Le ministère de l'Ecologie assure toutefois que cette mesure est cohérente avec un arrêté national plus contraignant qui sera rendu public le mois prochain.

L'association écologiste «Eaux et rivières» ne décolère pas. Elle s'inquiète d'un décret publié mardi au Journal officiel qui a indirectement relevé les normes actuelles d'épandage de déjections animales azotées sur les terres agricoles, faisant craindre une recrudescence de la prolifération des algues vertes. L'azote est en effet le principal nutriment de la laitue de mer et, en Bretagne, «95% de l'excès d'azote provient du lessivage des excès de fertilisation azotée (animale et minérale, ndlr) amenée sur leurs champs par les agriculteurs», selon Alain Menesguen, directeur de recherche au département Dynamiques de l'environnement côtier de l'Ifremer*.

Le décret n'a pas changé le seuil de 170 kilos d'azote contenus dans les «effluents d'élevage» pouvant être épandus par hectare et par an, mais il a modifié les modalités de calcul au niveau des élevages. Désormais, il sera basé sur la «surface agricole utile» (SAU) et non plus sur la «surface potent

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant