Algérie: violente répression du mouvement berbère en Kabylie

le
1
Algérie: violente répression du mouvement berbère en Kabylie
Algérie: violente répression du mouvement berbère en Kabylie

La violence continue à Tizi-Ouzou, en Kabylie, à une centaine de kilomètres à l'est d'Alger. Des manifestants qui célébraient dimanche le 34e anniversaire du printemps berbère ont été violemment réprimés par les forces de l'ordre. Selon les autorités, cette marche pacifique n'a pas obtenu l'autorisation. Répondant à l'appel du mouvement culturel bérbère (MCB), du mouvement pour l'autonomie kabyle (MAK, non agréé par l'Etat) et au Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), un parti qui avait boycotté l'élection du 17 avril, les manifestants, pour la plupart des étudiants, ont entamé leur marche du campus universitaire vers le centre-ville avant d'être empêchés par les forces de l'ordre, en nombre. 

Criant «pouvoir assassin», les manifestants ont brandi des emblèmes berbères et exprimé leur rejet du système. «La situation a vite dégénéré, raconte un habitant. La police a tenté de les disperser à coups de matraque, de gaz lacrymogène. Les marcheurs ont répliqué par des jets de pierres et autres projectiles. Ils couraient dans tous les sens. J'ai vu plusieurs arrestations très violentes. Tout le quartier est devenu irrespirable en peu de temps».

Selon d'autres témoignages recueillis auprès des riverains de l'université de Tizi Ouzou, «on dénombre plusieurs blessés, dont deux graves», parmi les manifestants. Une vingtaine de policiers ont également été blessés, selon les autorités. Les affrontements ont repris lundi. Des étudiants se sont à nouveau rassemblés malgré les avertissements des autorités et réclament la libération de leurs camarades arrêtés la veille. «Des employés habitants les villages lointains de la ville ont dû quitter plus tôt leur travail afin d'éviter les violences qui secouent la ville. Les affrontements ont lieu également la nuit, les gens ont peur», raconte encore une autre habitante de Tizi Ouzou. Des étudiants de Bouira, une autre localité de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Zvoran le lundi 21 avr 2014 à 23:36

    voilà a quoi ils sont bons les arabes après ils critiquent israel pour sa politique