Algérie : un sentiment de honte après la mort d'un joueur

le
0
Algérie : un sentiment de honte après la mort d'un joueur
Algérie : un sentiment de honte après la mort d'un joueur

Quelques jours après la mort de l'attaquant camerounais de la JS Kabylie, Albert Ebossé, touché samedi par un projectile lancé des tribunes, l'Algérie se trouve toujours abasourdie. Partagée entre le sentiment de honte et de colère. Ce drame n'est que le révélateur tragique d'une violence ordinaire qui gangrène depuis longtemps le football algérien, un des plus prestigieux de l'Afrique et du monde arabe.

Faute de réaction politique adéquate, les Algériens, très amoureux du football, veulent réagir pour dénoncer l'absence de l'Etat devant de tels débordements. Ce «crime» a endeuillé tout un peuple empli de joie après l'historique parcours des Fennecs lors du Mondial, au Brésil.  Le C'est à un retour à une réalité bien moins réjouissante auquel on assiste depuis ce match de samedi. Sur les réseaux sociaux, les Algériens sont encore nombreux à exprimer un sentiment de culpabilité et de honte. Certains allant jusqu'à demander l'arrêt du championnat, ou à tout le moins son boycott.

«Intolérable qu'un spectateur provoque la mort d'un joueur. Stop à la violence! Mes pensées émues aux proches d'Albert Ebossé. RIP», a twitté lundi le patron du foot mondial, Joseph Blatter. «Cette tragédie n'a surpris personne» car «depuis des années la violence s'est installée dans les stades et se propage parfois dans les rues, introduisant un climat de peur et d'insécurité dans nos cités», observe le quotidien francophone El Watan qui voit dans cette situation un syndrome post guerre civile des années 90.

«Le seul souci de l'Etat est d'éviter que cette jeunesse fasse de la politique»

Les islamistes ont «entraîné la jeunesse algérienne dans l'épouvante et l'horreur» et «le pouvoir ne veut pas la heurter de front tant qu'elle le laisse piller tranquillement les richesses du pays», analyse le journal. La mort d'Ebossé qui entamait sa deuxième saison sous les couleurs de la JSK, le club le plus titré du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant