Algérie : un groupe lié à l'Etat islamique menace d'exécuter un Français

le
1
Algérie : un groupe lié à l'Etat islamique menace d'exécuter un Français
Algérie : un groupe lié à l'Etat islamique menace d'exécuter un Français

Un citoyen français a été enlevé dimanche soir en Algérie dans l'est du pays, comme l'a confirmé le quai d'Orsay lundi soir. Dans une vidéo authentifiée par la France, l'enlèvement a été revendiqué par un groupe armé algérien lié à l'Etat islamique dénommé «Jund al-Khilafah» (Les soldats du Califat) qui menace d'exécuter l'otage en cas de nouveaux raids en Irak. 

«Je laisse à Hollande, le président de l'Etat français criminel, le soin d'arrêter les attaques contre l'Etat islamique dans les 24 heures qui suivent la publication de ce communiqué ou son ressortissant Hervé Gourdel sera égorgé», déclare un des deux hommes armés.

Diffusée lundi soir, la vidéo commence par des images d'Abou Bakr al-Baghdadi, le chef du mouvement jihadiste qui sévit en Irak et en Syrie. Hervé Gourdel s'exprime ensuite directement face à la caméra. «Monsieur le président Hollande, je suis Hervé Gourdel, je suis né à Nice en France le 12 septembre'59, de nationalité française bien sûr. Je suis guide de haute-montagne, débute-t-il. Je suis arrivé en Algérie le 20 septembre 2014 et je suis depuis hier aux mains d'un groupe armé algérien. Ce groupe armé me demande de vous faire la demande de ne pas intervenir en Irak. Il me retient en otage. Je vous conjure de faire tout ce qui sera en votre pouvoir pour me sortir de ce mauvais pas. Je vous en remercie», conclut-il dans un calme impressionnant. 

«Tout est mis en œuvre pour retrouver notre compatriote»

«Nous avons pu le joindre au téléphone hier après-midi», explique sa mère sur le site de L'Express. «Tout allait bien. Il nous a dit qu'il entamait une randonnée de deux jours et qu'il serait peut-être difficilement joignable. Ensuite, il comptait ouvrir une nouvelle voie dans le massif», conclut-elle.

Le président François Hollande s'est entretenu avec le Premier ministre d'Algérie, Abdelmalek Sellal. L'Elysée a assuré de la «coopération ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mardi 23 sept 2014 à 00:11

    Et comme Hollande ne peut pas arrêter, on connaît la suite.