Algérie, Tunisie : les raisons de la colère

le
0
Envolée des prix de l'alimentaire, chômage éternellement élevé, jeunesse qualifiée sans débouchées? La croissance, qui repart malgré tout, ne profite qu'à une minorité.

Depuis quelques jours, le sud de la méditerranée s'embrase. La Tunisie fait face à une révolte sociale spontanée et l'Algérie connaît des émeutes du pain avec la flambée des prix de l'alimentaire. Les prix du sucre, de la farine et des céréales ont bondi de 20 à 30%. Le kilo de sucre qui valait 70 dinars il y a peu (72 centimes), s'achète aujourd'hui 150 dinars (1,50 euro) quand un camionneur gagne environ 800 dinars par jour (8,40 euros).

Ces deux mouvements prennent racine dans un terreau de très fortes inégalités sociales, et malgré une conjoncture économique qui se redresse après la crise. La Tunisie et l'Algérie devraient connaître une croissance de 3,8% en 2010, et de respectivement 4,8% et 4% en 2011, selon le Fonds monétaire international. Le pays de Zine el-Abidine Ben Ali profite de son ouverture vers l'extérieur et du retour des échanges commerciaux internationaux. Celui du président Abdelaziz Bouteflika tire parti de la hausse du prix du pétrole do

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant