Algérie : sans Bouteflika, malade, la campagne se déplace sur le net

le
0
Algérie : sans Bouteflika, malade, la campagne se déplace sur le net
Algérie : sans Bouteflika, malade, la campagne se déplace sur le net

Loin d'une campagne électorale traditionnelle, l'Algérie s'offre une étrange course à la présidentielle, à deux semaines du scrutin. Car le président sortant, candidat à un quatrième mandat, Abdelaziz Bouteflika, n'a fait aucune sortie, ni parlé au peuple. Ce sont ses hommes de confiance, anciens Premier ministres, chef de cabinet et autres conseillers spéciaux, qui mènent la danse, d'un département à un autre. De lui, pas un mot. Malade, âgé (77 ans), il reste confiné dans la résidence d'Etat où il se fait toujours soigner, à Zéralda, en bord de mer, à quelques kilomètres d'Alger. Il n'apparait que rarement à la télévision d'Etat, pour la réception d'une personnalité étrangère en visite en Algérie.

Quant aux cinq autres candidats dont une femme, sans assise électorale - hormis Ali Benflis qui fut chef de gouvernement de Bouteflika et soutenu par une petite partie du FLN au pouvoir - ils n'attirent guère les foules à leurs meetings. La campagne ne passionne pas. Les jeux sont faits, croient savoir les Algériens, habitués à l'abstention faute de transparence véritable. Du coup, la campagne se fait à la télévision et sur les réseaux sociaux.

Les partisans de Bouteflika, balayant toute critique sur l'état de santé du chef de l'Etat, s'accaparent les médias publics, et notamment la télévion qui lui déroule le tapis durant presque 20 minutes, au grand dam des opposants qui dénoncent un «déséquilibre flagrant». La campagne de Bouteflika s'adresse à l'Algérie profonde, avec les mêmes slogans portant sur le nationalisme, la stabilité du pays... tout en distribuant, comme jamais, des aides afin d'acheter la paix sociale. Les opposants de la société civile s'attaquent à la «propagande» et manifestent leur hostilité, malgré la surveillance accrue de la police, contre le quatrième mandat de Bouteflika.

«Outai Boutefoutai», inspiré de «Papaoutai» de Stromae

D'autres, notamment les jeunes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant