Algérie : manifestation contre un 4e mandat de Bouteflika

le
0
Algérie : manifestation contre un 4e mandat de Bouteflika
Algérie : manifestation contre un 4e mandat de Bouteflika

Plusieurs centaines de personnes ont défilé dans le calme, samedi à Alger, contre un quatrième mandat d'Abdelaziz Bouteflika et pour un changement de système. C'est la plus forte mobilisation depuis l'annonce de la candidature du président à un quatrième mandat.

Trois cortèges différents ont manifesté, dont le plus important a rassemblé quelque 600 personnes du mouvement Barakat («Ça suffit») sous le mot d'ordre «Non au 4e mandat». Sur les banderoles s'affichaient les slogans «Barakat au pouvoir des services de renseignements», «Barakat la mascarade électorale».

Des images gênantes

Contrairement aux manifestations de la semaine précédente, les forces de l'ordre ne sont pas intervenues. Elles ont toutefois encerclé les manifestants pour les empêcher de couper la circulation de la rue Didouche Mourad, principale artère d'Alger-centre. Selon le journaliste et écrivain Moustapha Benfodil, membre fondateur de Barakat, cette nouvelle tolérance s'explique car «le pouvoir a été gêné par les images des interpellations qui ont fait le tour du monde (...) J'espère qu'ils ont compris que ces gens-là (les manifestants, ndlr) sont tout sauf des casseurs», a-t-il ajouté.

«Comment Bouteflika peut-il encore diriger le pays ?» , s'interrogeait un autre manifestant, le Dr. Tayeb Daifallah, affirmant qu' «en tant que médecin, [il était] très bien placé pour dire que l'état de quelqu'un qui a passé deux mois au Val-de-Grâce ne peut être que très grave». M. Bouteflika, 77 ans, est très amoindri par un AVC qui l'a maintenu hospitalisé 80 jours à Paris l'an dernier.

Au même moment, deux autres manifestations de quelques dizaines de personnes avaient lieu, dont l'une à l'initiative du «Front de refus de la corruption». Ce nouveau mouvement, qui regroupe les familles des disparus de la guerre civile des années 90 et le Comité de défense des chômeurs, était venu «réclamer les droits des victimes de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant