Algérie : «Le terrorisme constitue un péril mondial» avertit le Premier ministre

le
0
Algérie : «Le terrorisme constitue un péril mondial» avertit le Premier ministre
Algérie : «Le terrorisme constitue un péril mondial» avertit le Premier ministre

Ses prises de parole sont très rares et ses mots soigneusement pesés. Mais avec la vacance du pouvoir d’Abdelaziz Bouteflika, le chef du gouvernement algérien est un homme qui compte au sein du pouvoir algérien. Certains le désignent même déjà comme le dauphin désigné, en tout cas un des successeurs possibles du président malade. Pour notre journal, il évoque tous les sujets : les relations entre la France et l’Algérie, les perspectives économiques de son pays, la menace du groupe Etat Islamique ou encore, la situation en Libye.

François Hollande est aujourd’hui en Algérie. Qu’attendez-vous de sa visite ?

ABDELMALEK SELLAL.- C’est un signal fort de l’excellence des relations qu’entretiennent nos deux pays. Les échanges qu’il aura durant ce voyage permettront de renforcer les liens entre l’Algérie et la France et ouvriront des perspectives nouvelles pour notre coopération grâce à la décision des deux chefs d’Etat de donner une impulsion supplémentaire au partenariat algéro-français et de lui conférer une dimension «exceptionnelle» qui commence à donner des résultats sur le terrain. Il est également important, dans des moments difficiles comme ceux que traversent le monde, de maintenir une concertation régulière sur les questions d’intérêt commun.

Quels sont les grands axes de la politique algérienne aujourd’hui ?

A.S.- Depuis sa réélection en avril 2014, le président Bouteflika a fixé comme priorité nationale l’édification d’une économie émergente et diversifiée, créatrice de richesses et d’emplois. Cet engagement constitue la feuille de route assignée au gouvernement pour l’atteinte d’un objectif de croissance de 7 % sur le quinquennat en développant au maximum la production hors hydrocarbures dans les domaines de l’industrie de l’agriculture, de l’énergie du numérique ou encore du tourisme. En s’appuyant sur un instrument privilégié : l’entreprise nationale, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant