Algérie : la mémoire coloniale livrée aux surenchères

le
0
Les islamistes contestent la primauté des anciens combattants dans le débat sur la colonisation française.

«Nos députés n'assisteront pas à la cérémonie (du discours de François Hollande au Parlement d'Alger). Nous continuons à dénoncer les crimes commis par la colonisation et demandons réparation. La reconnaissance récente par la France des événements du 17 Octobre n'est rien.» Au hit-parade des déclarations les plus virulentes à la veille de la visite d'État du président français en Algérie, Hamlaoui Akouchi, secrétaire général du parti el-Islah (islamiste), arrive en tête. Les députés de l'Alliance de l'Algérie verte, dont son parti est membre, ont déclaré qu'ils «boycotteront» l'allocution du président français devant les élus algériens.

Le paradoxe de la «repentance»

Parmi tous les groupes d'influence qui se sont exprimés ces derniers jours sur la question mémorielle, les islamistes sont allés très loin, cosignant un communiqué commun. Qu'en...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant