Algérie : la JS Kabylie privée de son stade après la mort d'Ebossé

le
0
Algérie : la JS Kabylie privée de son stade après la mort d'Ebossé
Algérie : la JS Kabylie privée de son stade après la mort d'Ebossé

Le club algérien de la JS Kabylie ne pourra pas jouer dans son stade «jusqu'à nouvel ordre» après la mort de l'un de ses joueurs, Albert Ebossé, tué samedi dernier par un projectile lancé, semble t-il, depuis les tribunes. La sanction a été arrêtée après une réunion entre la Fédération algérienne de football (FAF) et la Ligue professionnelle de la nation nord-africaine, a annoncé mardi la Confédération africaine de football (CAF).

Sur son site internet, la CAF a indiqué qu'«après délibérations, le comité de discipline a statué sur la première série de mesures contre la JS Kabylie, en sa qualité d'hôte du match» qui a eu lieu le samedi (23 août) au de Tizi Ouzou. «Le Comité a décidé que le club devrait jouer ses matches de championnat à l'extérieur de la province de Tizi Ouzou et que le stade du 1er novembre 1954 resterait fermé jusqu'à ce que les résultat des enquêtes soient connus. Ce sont les premières sanctions, en attendant le résultat des différentes enquêtes», est-il précisé.

En Algérie, et plus particulièrement en Kabylie où le joueur camerounais est admiré, cet incident mortel a mis la population dans une colère absolue mêlée à un sentiment de honte. Lundi, un millier de personnes ont manifesté à Tizi-Ouzou pour dénoncer la violence dans les stades et dire que les supporters de la JSK, club phare d'Algérie, «ne sont pour rien» dans ce drame qui a touché leur joueur préféré. Le président du club fustige, quant à lui, la «violence dans tous les stades algériens» et l'arbitrage qui a, «par ses erreurs, mis le feu dès le début du match».

S'agissant des causes réélles de la mort de ce joueur talentueux, meilleur buteur du championnat algérien la saison dernière, le président de la JSK qui s'est entretenu avec l'ambassadeur du Cameroun à Alger et la famille du défunt, affirme que le club «assume ce qu'il est nécessaire de faire» devant ce drame. Il se veut prudent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant