Algérie : l'ex-milliardaire Khalifa condamné à 18 ans ferme

le
0
Algérie : l'ex-milliardaire Khalifa condamné à 18 ans ferme
Algérie : l'ex-milliardaire Khalifa condamné à 18 ans ferme

Il a flambé durant un laps de temps, dépensant sans compter. A Cannes, Londres et Paris... et bien sûr à Alger. L'ancien banquier algérien Rafik Khalifa a été condamné mardi par le tribunal de Blida, au sud-ouest d'Alger, à une peine de 18 ans de prison ferme pour «association de malfaiteurs», «vol», «faux et usage de faux».

Le tribunal devant lequel il comparaissait depuis le 4 mai pour un nouveau procès, a ordonné la saisie de ses biens et l'a aussi condamné à une amende d'un million de dinars (10 000 euros). Le 7 juin, le procureur avait requis contre lui la prison à perpétuité, soit la peine à laquelle il avait été condamné par contumace lors d'un premier procès en 2007.

Son histoire avait fait la Une des journaux locaux mais aussi en France. Ce jeune homme auquel on prédisait un avenir flamboyant avait lancé à la fin des années 1990 une banque portant son nom, autour de laquelle ont ensuite été créées plusieurs autres entreprises, dont une compagnie aérienne, une chaîne de télévision et bien d'autres biens immobiliers notamment. Grâce à des taux d'intérêt alléchants, allant jusqu'à proposer plus de 10 % d'intérêt, il avait réussi à drainer vers sa banque de très importants dépôts, venant notamment de sociétés publiques et d'oeuvres sociales.

Il avait sponsorisé le club de football français de l'Olympique de Marseille

Riche, ami de la nomenclatura, ce fils de propriétaire d'une pharmacie a construit en peu de temps un empire. Il était devenu un homme courtisé du tout Alger, apparaissant aux côtés du chef de l'Etat et de ministres, finançant des opérations de lobbying pour redorer l'image d'un pays terni par des années de guerre civile, et sponsorisant le club de football français de l'Olympique de Marseille. Dans une superbe villa cannoise achetée quelques millions d'euros, il organisait des soirées fastes en compagnie de stars du cinéma qu'il payait largement pour leur présence. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant