Algérie : l'énigme Bouteflika sème le doute

le
0
Algérie : l'énigme Bouteflika sème le doute
Algérie : l'énigme Bouteflika sème le doute

Le président algérien, qui ne se prononce toujours pas sur son éventuelle candidature à la présidentielle du 17 avril, demande jeudi à l'administration de jouer la «neutralité» lors de ce scrutin. Il souligne son «souci permanent» afin que l'administration assure «l'égalité des chances entre les candidats». Il dit également son sentiment sur le «rôle majeur» de la presse nationale, publique et privée, pour la réussite de cette élection. Enfin, il ordonne au gouvernement et aux walis (préfets) de «garantir un scrutin dont la crédibilité ne saurait susciter le moindre doute».

Et lui? Ira, ira pas ? La santé de Bouteflika, 76 ans dont ces quinze dernières années à la tête de l'Etat, remue les sphères du pouvoir et cristallise les débats entre ses partisans et ses détracteurs qui lui demandent d'aller «se reposer».

Invisible pour l'Aïd

Invisible en public, il a même été absent lors des festivités religieuses de l'Aïd. Idem pour celles commémorant l'indépendance du pays. On le dit en «bonne santé», mais lui ne parle pas. Cependant, des communiqués se suivent et se ressemblent depuis son retour en Algérie, en juillet, après son hospitalisation de 80 jours après un AVC, puis un retour 4 jours en janvier, au Val-de-Grâce.

Les Algériens, friands des rumeurs qui font souvent la Une, commencent toutefois à douter. Et cela continuera tant que le président Bouteflika n'apparait pas en public pour dire les choses. Et ce même si la machine électorale en sa faveur est bien mise en route. Bref, le soupçon s'installe. Qui écrit les messages du président algérien, cités abondamment par l'APS et repris par la presse ? Beaucoup d'Algériens s'interrogent aujourd'hui pour savoir si le chef de l'Etat, qui n'a fait aucun discours depuis 2012 (le dernier à Sétif), est l'auteur de ces communiqués.

Le dernier, où il est question de la cohésion du pays, mettant en avant les dangers de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant