Algérie-Côte d'Ivoire, un gaou à Oran

le
0
Algérie-Côte d'Ivoire, un gaou à Oran
Algérie-Côte d'Ivoire, un gaou à Oran

Sommet des quarts de finale et toile de fond d'un clip ayant permis au 113 et au Magic System d'ambiancer la France en 2004, le duel entre les Fennecs et les Éléphants a également offert au continent le match le plus spectaculaire de la CAN 2010. Et une nouvelle désillusion pour la génération dorée de la Côte d'Ivoire, éliminée au bout de la prolongation (3-2) par des Algériens pugnaces qui, deux mois après le miracle en barrage de Coupe du monde, avaient enrichi leur légende d'un nouvel exploit.

L'édition 2010 en Angola sera la bonne, ils en sont persuadés. Qualifiée pour la Coupe du monde pour la seconde fois consécutive, la Côte d'Ivoire de Drogba, Yaya Touré, Zokora, Kalou et consorts va enfin régner sur l'Afrique. Stoppés deux fois par l'Égypte dans sa quête du graal continental (en finale en 2006, en demies deux ans plus tard), les Éléphants cornaqués par Vahid Halilhodži? ont rendez-vous en demi-finales avec leurs bourreaux. À condition que les Pharaons sortent le Cameroun, et que les Ivoiriens passent l'écueil algérien en quarts. L'écueil est redoutable, une équipe de guerriers née 55 jours plus tôt, à Omdurman au Soudan.

Depuis la qualification pour le Mondial sud-africain et ce barrage épique remporté (1-0) face à ces mêmes Égyptiens, les hommes de Rabah Saadane ne sont plus les mêmes. Al Khadhra - la verte, surnom de la sélection algérienne - après avoir été surclassée par le Malawi (3-0) pour son entrée en lice, trouve les ressources pour passer le premier tour de la CAN grâce à une solidité collective qui tranche avec sa descendante actuelle, beaucoup plus joueuse. Et utiliser le terme " descendante " pour qualifier le cru 2015 n'est pas trop fort, tant la ligne d'attaque vintage alignée à Cabinda le 24 janvier 2010 paraît sortie d'une autre époque : le batailleur Ghezzal, Matmour, l'ancien joueur de l'OM Karim Ziani, et Mourad Meghni, qui a vécu avec l'Algérie le sommet trop bref d'une carrière tourmentée et loin des attentes suscitées en France.
La Côte d'Ivoire n'arrive pas à faire le break
L'entame de match des Verts est catastrophique. Parfaitement servi à la limite du hors-jeu par Yaya Touré, Salomon Kalou ouvre le score dès la 4e minute. Et c'est déjà logique tant l'Algérie, asphyxiée par le pressing ivoirien, galère sur chaque accélération de Gervinho. Drogba, rattrapé in extremis par Bougherra puis Halliche, manque à deux reprises d'enfoncer des Fennecs au bord de la rupture pendant près de 25 minutes. Rabah Saadane est prostré sur son banc, et l'emblématique commentateur algérien d'Al Jazira Sports, Hafedh Darragi, est en apnée. Entre les " Oh là là " sonores qui ponctuent chaque action, même les touches au niveau du rond central, et les digressions philosophiques de type " Nos guerriers n'arrivent pas à bouger l'Éléphant, créature la plus imposante du règne animal ", Darragi livre tout de même une analyse prémonitoire :...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant