Algérie : Bouteflika repart pour un 4e mandat avec le même gouvernement

le
0
Algérie : Bouteflika repart pour un 4e mandat avec le même gouvernement
Algérie : Bouteflika repart pour un 4e mandat avec le même gouvernement

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a nommé ce lundi son premier gouvernement après sa réélection pour un 4e mandat, dans lequel les principaux ministres conservent leurs postes. Peu après avoir prêté péniblement serment en raison de sa mauvaise santé le 28 avril, il avait reconduit Abdelmalek Sellal comme Premier ministre. Ce dernier avait quitté son poste le temps de mener la campagne électorale. 

Le président algérien a aussi reconduit la majorité des ministres du gouvernement sortant. Douze ministres sont remplacés par des technocrates. Les postes régaliens sont tenus par les mêmes, à commencer par l'Intérieur où l'on retrouve Tayeb Belaïz, les Affaires étrangères avec Ramtane Lamamra ou encore le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale et chef d'état-major de l'Armée nationale populaire.

Les deux ministres les plus actifs de la campagne de Bouteflika restent au gouvernement. Il s'agit d'Amara Benyounès, ministre du Commerce (il était à l'Industrie) et d'Amar Ghoul qui garde le porte-feuille des Transports. Ce gouvernement compte sept femmes sur trente-quatre ministres.

L'ex-ministre de la Culture, Khalida Toumi, figure emblématique du mouvement des femmes autrefois dans l'opposition avant d'être enrôlée par le clan Bouteflika, ne figure plus dans cette équipe. Elle est remplacée par une autre femme, Nadia Labidi, cinéaste et enseignante à l'université d'Alger.

Des partis d'opposition ont décliné l'offre faite par M. Sellal de faire partie du gouvernement à l'instar du plus vieux d'entre eux, le Front des Forces Socialistes (FFS) du chef historique Hocine Ait-Ahmed. Selon sa direction, le parti a refusé deux postes ministériels préférant se consacrer à la «construction d'un consensus national» et à la «préparation d'une conférence nationale» avec le pouvoir et les autres partis.

Le petit Parti des Travailleurs (PT, trotskyste) a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant