Algérie : Bouteflika, 76 ans, candidat à un 4e mandat présidentiel

le
2
Algérie : Bouteflika, 76 ans, candidat à un 4e mandat présidentiel
Algérie : Bouteflika, 76 ans, candidat à un 4e mandat présidentiel

Le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, a mis fin au suspense ce samedi. Contre vents et marées, malade ou affaibli, le président sortant, Abdelaziz Bouteflika, sera candidat à un quatrième mandat à la tête de l'Etat. Agé de 76 ans, celui qui règne depuis quinze ans sur le pays va donc rempiler, malgré les appels à la «raison» de plusieurs personnalités du sérail et de militaires en retraite qui se sont déclarés en faveur d'un changement. «Le président Bouteflika est en bonne santé. Il a toutes les capacités intellectuelles et la vision nécessaires pour assurer cette responsabilité», assure Abdelmalek Sellal, qui est également son directeur de campagne.

Le chef de l'Etat a «fait procéder au dépôt de sa lettre d'intention et au retrait, auprès du ministère de l'Intérieur et des collectivités locales, des formulaires de souscription de signature individuelle pour les candidats à l'élection présidentielle», rapporte l'agence de presse officielle algérienne APS. Elle cite la présidence mais sans préciser la date du dépôt ou du retrait des documents nécessaire à toute candidature. Le flou demeure puisque dans un second temps, la télévision d'Etat affirme que le président «doit retirer dimanche» les documents nécessaires à sa candidature au ministère de l'Intérieur. Et d'assurer que la «décision de M. Bouteflika de briguer un quatrième mandat intervenait en réponse à la demande pressante des citoyens et citoyennes de tout le pays». Quelque temps plus tard, une depêche AFP citant la présidence affirme que le président sortant a bien déposé sa candidature.

QUESTION DU JOUR : A 76 ans, Bouteflika a-t-il raison de briguer un 4e mandat ?

Une chose est sûre : ce samedi, lors d'un déplacement à Oran, le chef du gouvernement Abdelmalek Sellal - qui fait campagne depuis des mois en se déplaçant dans toutes les régions du pays, comme jamais un Premier ministre ne l'avait fait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5952337 le samedi 22 fév 2014 à 18:04

    Et ça se dit démocratie un mort vivant se représente en Algé..... bip ,

  • M8637171 le samedi 22 fév 2014 à 16:25

    Quelle mascarade de démocratie ?