Algérie : Barakat, le mouvement anti-Bouteflika, durement réprimé

le
0
De jeunes Algériens portant des tee-shirts Non à un quatrième mandat manifestent le 6 mars à Alger contre la candidature du président Bouteflika à sa réélection.
De jeunes Algériens portant des tee-shirts Non à un quatrième mandat manifestent le 6 mars à Alger contre la candidature du président Bouteflika à sa réélection.

Barakat ("ça suffit !"), c'est le nom du mouvement né au lendemain de l'officialisation de la candidature du président algérien Abdelaziz Bouteflika pour un quatrième mandat consécutif. Depuis le 22 février dernier et l'annonce effectuée par le Premier ministre Abdelmalek Sellal, plusieurs manifestations ont eu lieu dans le pays. Jeudi, réunis en plein centre d'Alger face à la faculté, sur la principale artère Didouche Mourad, les protestataires - des militants des droits de l'homme, des étudiants et des journalistes, majoritairement jeunes - ont lancé des slogans hostiles à la candidature de l'actuel président, âgé de 77 ans et au pouvoir depuis 15 ans."Algérie libre et démocratique", "52 ans, Barakat", ont-ils scandé en référence aux 52 ans d'indépendance du pays géré par des hommes politiques de la même génération. "Nous en avons marre de cet homme à demi mort et des voyous qui l'entourent. Il faut que l'équation politique change", a déclaré Djilali Soufiane, président du parti libéral Jil Jadid, venu joindre sa voix aux protestataires après avoir renoncé à la course à la présidentielle.Arrestations Comme lors d'une précédente manifestation dispersée par la force samedi dernier, une armada de policiers avait été déployée pour empêcher les manifestants de se regrouper et de bloquer la circulation. Signe de la détermination des autorités à étouffer toute contestation avant le scrutin du 17 avril, les forces de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant