Algérie : affrontements à Ghardaïa, 19 nouveaux morts

le
0
Algérie : affrontements à Ghardaïa, 19 nouveaux morts
Algérie : affrontements à Ghardaïa, 19 nouveaux morts

Dix neufs personnes blessées mardi dans des affrontements communautaires dans la région de Ghardaïa sont décédées, portant le nombre des morts à vingt deux en deux jours dans ce secteur du Sud algérien, théâtre de heurts depuis 2013, a annoncé mercredi l'agence APS.

Selon le journal Tout sur l'Algérie TSA, les victimes ont été tuées avec des armes à feu. Des dizaines d'autres blessés -70 selon un décompte de TSA- ont été enregistrés dans ces affrontements entre mozabites (berbères) et chaâmbas (arabes), selon APS qui cite des sources locales et hospitalières. Le ministre de l'Intérieur Nouredine Bedoui s'est rendu sur place, a ajouté l'agence.

Il s'agit du plus lourd bilan enregistré dans cette région de la vallée du M'zab, où des affrontements ont lieu régulièrement depuis deux ans et demi.

Deux ans de violences intercommunautaires

Les heurts ont repris début juillet, entraînant le déploiement de forces antiémeutes qui font régulièrement usage de gaz lacrymogènes pour les disperser. Selon le quotidien TSA, les affrontements à Guerra ont éclaté après la prière d’El Fadjr. Les nouvelles violences ont eu lieu notamment dans la localité de Guerrara, de Berriane et de la ville même de Ghardaïa (600 km au sud d'Alger).

Les affrontements se poursuivaient mercredi. Ils ont été marqués par des incendies et des dégradations de locaux commerciaux, de véhicules de particuliers, des palmeraies, du mobilier urbain et des édifices publics, selon APS. Un imposant dispositif sécuritaire a été mobilisé, avec des renforts partis d'Alger, a indiqué une source sécuritaire

Dans la soirée du mardi, plusieurs affrontements avaient été enregistrés entre des Gherdaouis et les services de l’ordre qui tentaient d’empêcher des attaques des habitants d’un quartier contre un autre. La tension intercommunautaire est à son plus haut niveau dans cette région du sud algérien. Depuis un peu plus de deux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant