Algérie : 22 morts dans des heurts entre Arabes et Berbères

le
1
Algérie : 22 morts dans des heurts entre Arabes et Berbères
Algérie : 22 morts dans des heurts entre Arabes et Berbères

Vingt-deux personnes ont été tuées et des dizaines blessées en moins de 48 heures dans une flambée de violences intercommunautaires dans la région de Ghardaïa, dans le sud de l'Algérie.

Fait inédit depuis le début de cette crise, le président Abdelaziz Bouteflika a convoqué une réunion d'urgence. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, le vice-ministre de la Défense nationale, Ahmed Gaïd Salah, et le chef d'état-major de l'armée, le général Ahmed Gaïd Salah, y participaient.

Vols annulés vers Ghardaïa

Les vols à partir d'Alger en direction de Ghardaïa auraient été annulés jusqu'à samedi, annonce un employé de l'aéroport. La compagnie Air Algérie qui les assure n'a pas fourni d'explication. Les violences des dernières 24 heures se sont concentrées à Guerrara (120 km au nord-est de Ghardaïa), l'une des principales villes mozabites, une minorité ethnico-religieuse berbère et ibadite. Dix-neuf personnes sont mortes rien que dans cette ville.

Selon un notable mozabite, «la situation est très grave, ce n'est plus des affrontements mais du terrorisme». Il affirme que «des armes de guerre et des fusils de chasse ont été utilisés à Guerrara». La ville serait d'ailleurs contrôlée à ses quatre entrées par des «hordes armées», assure le notable. Le bilan de 22 morts est le plus lourd enregistré dans cette région de la vallée du M'zab depuis deux ans et demie.

Les forces sécuritaires mobilisées

Les heurts ont repris début juillet, entraînant le déploiement de forces antiémeutes qui font régulièrement usage de gaz lacrymogènes pour les disperser. Mercredi, les affrontements se poursuivaient à Ghardaïa. Des heurts avaient aussi lieu à Guerarra (à 120 km au nord-est de Ghardaïa) et à Bériane (à 45 km de Ghardaïa).

Un imposant dispositif sécuritaire a été mobilisé, avec des renforts partis d'Alger, indique une source sécuritaire. Le commandant de la 4e région militaire, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le mercredi 8 juil 2015 à 22:30

    c'est comme cela que tout a commencé en syrie... l'axe du bien est à l'oeuvre pour notre malheur