Alger s'interroge sur l'avenir de Bouteflika, hospitalisé

le
0
Soigné une nouvelle fois à Paris, le président algérien ne devrait pas pouvoir se représenter pour un quatrième mandat en 2014.

«L'Algérie doit se préparer à changer de président. Aujourd'hui, la perspective d'un quatrième mandat s'éloigne définitivement.» Après l'accident cardio-vasculaire d'Abdelaziz Bouteflika, hospitalisé depuis samedi au Val-de-Grâce à Paris, les voix comme celle de Sofiane Djilali, président du parti Jil Jadid (Génération nouvelle), se multiplient pour remettre en question la viabilité d'une nouvelle candidature du chef d'État algérien, 76 ans, dont quatorze au pouvoir, à l'élection présidentielle prévue pour 2014.

L'agence de presse officielle a beau se vouloir rassurante, précisant que l'état de santé du président «évolue bien» et qu'il n'y a «aucune lésion irréversible», le premier ministre a beau affirmer que son problème médical n'était «pas du tout grave», rien n'y fait. «Le débat sur la succession va être relancé de manière ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant