Alfortville équipe les enfants de bracelets

le
0
Alfortville équipe les enfants de bracelets
Alfortville équipe les enfants de bracelets

Les humains ne sont pas les seuls à goûter le retour des fortes températures. Les moustiques-tigres aussi ! La menace que fait planer cet insecte capable de transmettre la dengue ou le virus Zika est prise très au sérieux dans le Val-de-Marne, le seul département d'Ile-de-France où cet insecte est considéré comme « implanté », d'après les autorités sanitaires. Une exception qui pourrait s'expliquer par la présence de l'aéroport d'Orly et du marché de Rungis, deux lieux qui drainent des voyageurs et des produits venus du monde entier. A Alfortville, le sénateur-maire (PS) Luc Carvounas a donc pris les devants : à compter d'aujourd'hui, un millier de bracelets anti-moustique seront distribués aux enfants qui fréquentent les accueils de loisirs, à condition que les parents acceptent.

« J'ai pris cette mesure à titre de précaution, insiste l'élu. Je n'ai pas eu connaissance de signalements de moustiques-tigres dans ma commune mais, en tant que maire, il est de mon devoir de protéger les plus jeunes. J'espère que ma décision fera école. » Les moustiques-tigres étant « attirés par les couleurs foncées », le maire invite les parents à habiller leurs enfants avec des vêtements aux teintes claires.

Les parents rassurés

Au centre de loisirs Victor-Hugo, les parents saluent l'initiative. « J'ai trouvé un moustique-tigre ce week-end sur mon balcon, témoigne Antony, venu chercher Noa, son fils de 5 ans. Il y a une moustiquaire à la maison mais avec le bracelet, il portera une protection sur lui toute la journée. » Les enfants, eux, trouvent ce bracelet orange et noir « joli ». « Le moustique, il n'aime pas le citron ? » demande Vincent quand la responsable du centre lui explique que le bracelet contient de la citronnelle.

Si les enfants ne s'inquiètent pas, certains adultes découvrent par cette initiative la présence de l'insecte dans le département. « Le bracelet rassure les enfants et les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant